La Corée du Nord aidée par deux entreprises russe et ukrainienne ?

(B2) Dans un rapport publié ce lundi (14 août), le think-tank basé à Londres International Institute for Security Studies (IISS) révèle que l’arsenal nord-coréen de tirs balistiques ne se serait pas développé grâce au génie des ingénieurs coréens. Il n’a pu que bénéficié de l’apport de sources extérieures pour se développer aussi vite, notamment en matière de moteur de fusées longue portée.

« Les preuves disponibles indiquent clairement que le carburant propergol liquide est basé sur la famille des moteurs soviétiques RD250 et a été modifié pour opérer comme une force de propulsion pour [les missiles] Hwasong-12 et Hwasong-14 » indique le chercheur Michel Elleman dans son rapport.

Et il nomme cet apport extérieur : deux entreprises d’ex-URSS expertes dans leur domaine : l’une basée en Russie  à Moscou et St Petersbourg (Energomash / W.P. Glouchko) — spécialisée dans la conception et la construction de moteurs-fusée à ergols liquides –, l’autre en Ukraine à Dnipropetrovsk (KB Yuzhnoye ou Bureau d’études Ioujnoïe)…

(NGV)