Opération anti-piraterie dans l’Océan indien. Un navire coréen passe sous pavillon européen

Opération anti-piraterie dans l’Océan indien. Un navire coréen passe sous pavillon européen

Share

L’hélicoptère de bord du navire amiral Galicia avec en arrière plan le navire sud-coréen Choi Young (Crédit : EUNAVFOR Atalanta)

(B2) Le ROKS Choi Young, un navire sud-coréen, vient d’être enrôlé dans dans le cadre de l’opération européenne anti-piraterie au large de la Somalie (EUNAVFOR Atalanta).

Ce destroyer de classe Sun-sin, entré en service en septembre 2008, est équipé des dernières technologies militaires et de surveillance. Et il « est parfaitement adapté aux opérations de lutte contre la piraterie » souligne le QG de l’opération à Northwood (UK).

Une seconde fois

Ce n’est pas la première fois qu’un navire sud-coréen intègre l’opération européenne. Cela devient même une habitude. « La première opération combinée entre le Cheonghae et EUNAVFOR, à la fin février, a été particulièrement réussie » a souligné le commandant de la flotte sud coréenne, le vice-amiral Jung Jin-sup, selon le communiqué européen. Et « cette nouvelle coordination va permettre à notre coopération de progresser encore ». Pour le commandant de la force en mer, le contre-amiral (espagnol) Rafael Fernández-Pintado Muñoz-Rojas, cette coopération profite aux deux partenaires. « En coopérant avec la marine de la République de Corée, nous avons pu montrer comment EUNAVFOR développe son appréhension de la sécurité maritime au large des côtes somaliennes en parlant aux communautés côtières locales et en effectuant la surveillance en mer. Cela a permis [également] à la marine [sud-coréenne] d’évaluer la manière dont leurs capacités peuvent être mieux employées pour contribuer aux efforts de lutte contre la piraterie. »

Un habitué de la lutte anti-piraterie

 

Le Choi Young est un habitué de l’Océan indien. Il avait souvent participé aux opérations anti-piraterie dans le cadre de la CTF-151 (la coalition maritime créée sous impulsion américaine). En 2011, dans une opération jusqu’à là inédite pour les militaires sud-coréens, ils étaient passés à l’assaut libérant le Samho Jewelry, un navire norvégien battant pavillon maltais, sans trop d’égards pour les preneurs d’otages (Lire : La marine sud-coréenne passe à l’assaut et libère un navire des mains des pirates).

Commentaire : cette coopération militaire résonne d’une symbolique particulière pour les Européens au moment où ils affichent leur volonté d’avoir une certaine défense autonome, et pour la Corée du Sud, au moment où de nouvelles sanctions au niveau international (et au niveau européen) se profilent contre la Corée du Nord et son programme de prolifération nucléaire.

 

(NGV)