Montrons à l’Amérique de Donald Trump qui nous sommes et ce que nous valons !

Share

(B2) Donald Trump et le Brexit contraignent les Européens à procéder à un examen approfondi de la situation en ce qui concerne les questions de défense. Or, force est de constater que par-delà la nouvelle donne géostratégique en train de s’établir, le plus important n’est peut-être pas l’arrivée de nouveaux leaders et de nouvelles politiques, mais les évolutions technologiques sous-jacentes.

Le poids de l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle va transformer nos vies avec une rapidité et une intensité que nous avons encore du mal à imaginer. Elle va bouleverser la façon de penser la guerre, notamment dans les domaines de l’aviation de combat, du combat terrestre, de la guerre navale, de la cyberguerre et peut être même dans l’élaboration de la stratégie. Les entreprises américaines, ont acquis dans ce domaine une avance considérable et les investissements qu’elles y consentent sont massifs.

L’initiative d’innovation de défense

Avec ou sans l’initiative d’innovation de défense, plus connue sous le nom de ‘third offset initiative’, ces entreprises, en particulier les géants du net qui disposent de trésorerie colossale accélèrent. Si nous ne faisons rien, les entreprises européennes seront déclassées dans cinq ans tout au plus. Face à cette situation que fait l’Europe ? Ou plus exactement que faisons-nous, car nous sommes l’Europe ?

Pour être respectée …

… L’Europe doit être respectable, c’est-à-dire honorer les engagements souscrits dans le cadre de l’OTAN en 2014 en portant progressivement l’effort de défense des États à 2% du PIB et à 20% de ces dépenses en équipements militaires. Mais ne nous faisons pas d’illusion, le fait de respecter un par un ces engagements ne résoudra pas nos problèmes.

Pour être respectée, l’Europe doit aussi être autonome. Nous devons cesser de gémir et attendre que les affaires du monde se règlent en dehors de nous. Nous devons prendre notre destin entre nos mains, comme nous y invite la Chancelière allemande. La pire des solutions serait de rester inerte et d’attendre que les cieux redeviennent cléments.

Cessons d’avoir peur et rouvrons les traités

Chacun à Bruxelles, au niveau de l’Union européenne, parle de la coopération structurée permanente, c’est-à-dire une avant-garde d’États membres capables de se donner les moyens de constituer entre eux une capacité autonome reposant sur des moyens militaires crédibles. C’est précisément ce dont nous avons besoin. Pour l’établir, il suffit d’appliquer les traités et de la signature de deux États qui le peuvent et qui le veulent. Si la volonté est là, cette disposition peut être établie en trois mois. Et si cela ne convient pas… alors faisons autre-chose. Cessons d’avoir peur de notre ombre et disons qu’il faudra sans doute rouvrir les traités sur certaines questions, en particulier la défense.

Le moment est venu de nous rappeler d’oser et de montrer à l’Amérique de M. Trump qui nous sommes et ce que nous valons.

Frédéric Mauro

Avocat aux barreaux de Paris et de Bruxelles, établi à Bruxelles
Conseil pour les questions de défense