Nouvelle attaque pirate déjouée au large de la Somalie

(crédit: Marine espagnole / EUNAVFOR Atalanta)

(B2) La frégate espagnole Galicia a déjoué, samedi (22 avril), une nouvelle attaque par des pirates, au large de la Somalie, cette fois contre un tanker, le MT Costina, battant pavillon du Sierra Leone.

Il était tard, samedi soir, lorsque le navire amiral de l’opération européenne anti-piraterie EUNAVFOR Atalanta, le Galicia, en patrouille près de la côte est de la Somalie, a reçu un appel de détresse du capitaine du navire marchand disant que son navire était attaqué par un groupe de pirates. Le navire se trouvait alors très près de la côte somalienne, à environ 5,7 miles (sur la position 05:42 Nord et 048:53 Est).

Une poursuite qui a duré deux bonnes heures

Selon les sources maritimes, ils étaient six hommes armés à bord d’un skiff. Les pirates se sont rapprochés très près du navire, n’hésitant pas tirer sur le tanker, à la kalachnikov. La poursuite a duré deux bonnes heures. Six personnes armées dans un skiff ont poursuivi et ont tiré sur un pétrolier en cours. Durant l’échange, un membre d’équipage a été déclaré blessé.

Hélicoptère et navire espagnol à la rescousse

À la réception de l’appel de détresse, l’ESPS Galicia – qui n’était pas loin, à environ 14 milles marins – a fait décoller son hélicoptère de bord, un Sea King SH-3D et a mis le cap à pleine vitesse vers le MT Costina. Dès que « les pirates ont pris conscience que le navire approchait rapidement, ils ont interrompu leur attaque et déguerpi » raconte le porte-parole d’Atalanta.

Pas de pirate en vue

À l’arrivée sur les lieux, l’hélicoptère de ESPS Galicia a effectué une recherche aérienne complète. Après avoir confirmé que le skiff n’était plus dans la zone, l’équipe d’opérations spéciales du Galicia est montée à bord du MT Costina pour rassurer le capitaine et son équipage. Une inspection du pont supérieur a confirmé que la structure du navire avait certes un certain nombre d’impacts de balles, mais l’évaluation menée a conclu que le MT Costina pouvait continuer jusqu’à son prochain port d’escale.

(NGV)