Le dhow indien Al Kausar libéré

(B2) Tout l’équipage du Al Kausar, un dhow indien capturé au large de l’île de Socotra le 1er avril dernier, est désormais libre. Le ministère indien de la Défense l’a confirmé, dans un communiqué publié le 14 avril. Les conditions de la libération semblent cependant floues, les versions somalienne et indienne semblant se contredire, notamment sur les enjeux de la négociation et l’intervention des forces de sécurité somaliennes.

Négociation (et rançon)…

Selon le ministère indien de la défense, « des négociations ont commencé entre le propriétaire et les pirates pour la libération sécuritaire du navire, de son fret et de son équipage. Sur la base des résultats des négociations, le dhow avec sa cargaison et deux membres d’équipage ont été relâchés le 11 avril et le solde, huit membres de l’équipage ont été libérés le 12 avril. » Un processus semblant confirmer, implicitement, un accord avec les pirates et le versement d’une certaine somme d’argent.

… ou libération par la force

Du coté somalien, on met plutôt en avant l’action des forces locales. Les autorités locales sont parvenues à reprendre le contrôle du navire et à libérer deux membres d’équipage lors d’une opération menée par les forces de sécurité somaliennes dans le port de Hobyo lundi. Mais les pirates avaient réussi à s’enfuir et rejoindre la côte, emmenant huit autres marins vers un village dénommé Qararrow. « Les huit otages ont été libérés sans qu’il y ait eu de combats. Les forces de sécurité ont assiégé les pirates, qui ont essayé de fuir, mais trois d’entre eux ont été capturés », a déclaré Abdirashid Mohamed Ahmed, commandant adjoint des gardes-côtes de la région du Galmudug. « L’opération de secours a été un succès total, les otages sont en sécurité et en bonne santé ».

Une assistance plus qu’une reprise de force

Version que tempèrent légèrement les Indiens qui reconnaissent le rôle des forces locales mais plutôt dans un cadre de sécurisation générale et de localisation des pirates plutôt qu’une reprise de force. « Les forces de sécurité somaliennes ont apporté leur soutien et leur assistance pendant cette opération, les gardes armés étant positionnés sur le port de Hobyo tandis que d’autres entreprenaient des opérations de recherche pour localiser l’équipage à terre. »

Escorté dans les eaux internationales par un navire indien

Le dhow a été remis aux autorités indiennes par le maire de Hobyo vers 16h, le 13 avril, et escorté par un navire de la marine indienne dans les eaux internationales vers sa prochaine destination. Les miliaires ont procédé, auparavant, à un contrôle médical pour tous les membres de l’équipage et apporté les éléments et fournitures nécessaires pour le voyage retour.

(NGV)