Le piratage de l’OS35 déjoué par la marine indienne et chinoise

(crédit : ministère indien de la défense)

(B2) Alerté par un appel de détresse de l’équipage, une opération combinée de la marine indienne et chinoise a mis fin à l’attaque par les pirates (somaliens) d’un cargo l’OS35, dans le Golfe d’Aden le 8 avril. Ce cargo libanais, battant pavillon du Tuvalu (anciennement dénommé JS Comet ou Addu Comet) avait quitté le port de Kelang en Malaisie pour se rendre dans le port de Aden (au Yémen), et se trouvait, au moment de l’attaque près de l’île de Socotra.

En route vers la Méditerranée

Plusieurs navires indiens, le Mumbai, le Tarkash, le Trishul et l’Aditya, étaient à proximité, en transit dans le Golfe pour un déploiement en Méditerranée (1). Deux d’entre eux — INS Mumbai et INS Tarkash – se sont détournés pour répondre à l’appel et ont rapidement rejoint le navire marchand le lendemain (9 avril), indique le ministère indien de la Défense dans un communiqué parvenu à B2.

L’équipage réfugié dans la « citadelle »

Les navires de guerre indiens ont pu établir le contact avec le capitaine du navire marchand qui, avec l’équipage, s’étaient enfermés dans une chambre forte à l’intérieur du navire (selon le mode opératoire standard de la « citadelle »). Un hélicoptère de la Marine indienne a effectué une reconnaissance aérienne du navire marchand la nuit et au lever du soleil pour s’assurer que les ponts supérieurs du navire marchand étaient libres et déterminer l’emplacement des pirates, s’ils étaient toujours à bord.

Plus de pirates à bord

Aucun mouvement suspect n’a été détecté. L’hélicoptère de la Marine indienne a alors envoyé un « signal clair » à l’équipage assurant qu’aucun pirate n’était visible sur les ponts supérieurs. Certains membres de l’équipage ont alors progressivement émergé de la chambre forte et ont effectué, à leur tour, une reconnaissance du navire, constatant que les pirates avaient fui dans la nuit, dans un dhow. Une équipe d’abordage du navire de la marine chinoise, qui se situait à proximité, a abordé le navire marchand, permettant de sécuriser le périmètre. Les 19 membres d’équipage, tous philippins sont en sécurité. Et le navire a pu poursuivre sa route.

(maj) Trois pirates arrêtés

Selon Voice of Africa – Somalie, seuls deux pirates ont réussi à s’évader et à rentrer chez eux dans la ville d’Alula. Trois autres, dont le fameux Abdikarim Salah « Aw Koombe », impliqué dans le détournement d’une dizaine de navires dans les derniers années, auraient été laissés sur place, et été arrêtés ensuite par la marine chinoise.

(NGV)

(1) Ils devaient notamment rejoindre le port de Souda (en Grèce qui est aussi une étape clé pour les navires de l’OTAN dans la région) ainsi le port de Toulon pour participer à l’exercice conjoint « Varuna » avec la marine française.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).