La logique américaine contre Bachar

La logique américaine contre Bachar

(B2) Pour légitimer cette attaque, les Américains s’appuient sur la logique internationale comme l’a expliqué Rex Tillerson, le secrétaire d’État américain, dans une allocution prononcée, avec le conseiller à la sécurité nationale McMaster, de Palm Beach en Floride.

Plusieurs attaques … imputables au régime de Bachar

« Nous sommes absolument certains que les attaques menées par avion ont été orchestrées sous la direction du régime de Bachar el-Assad, et nous savons aussi assurément que ces attaques ont impliqué l’utilisation de gaz sarin, un neurotoxique. Au moins en ce qui concerne les trois dernières attaques, nous en sommes certains. »

et non pas une seule…

Outre l’attaque « la semaine dernière sur des civils, [Bachar] avait déjà mené des attaques auparavant : le mois dernier, les 25 et 30 mars, dans la province de Hama.»

En violation d’un accord de désarmement

Des accords précédents qui ont été conclus conformément à la résolution 2118 du Conseil de sécurité de l’ONU, ainsi que les accords de l’Annexe A que le gouvernement syrien a lui-même accepté en 2013 indiquent qu’ils renonceraient à leurs armes chimiques sous la supervision du gouvernement russe.

La supervision russe a échoué

Les États-Unis et le gouvernement russe ont conclu des accords selon lesquels la Russie localiserait ces armes, garantirait que ces armes soient en sécurité puis détruites ‑ la Russie devait s’assurer que ces armes ne seraient plus présentes en Syrie. Clairement, la Russie a échoué dans sa responsabilité de respecter cet engagement de 2013 ; donc, soit la Russie a été complice, soit elle a tout simplement été incompétente dans sa capacité à remplir sa part de cet accord.