La route de l’océan indien, le Galicia la connait

L’océan… cela s’observe à l’abri du soleil …. (crédit : Marine espagnole / Archives B2 – 2011)

(B2) Le navire de débarquement espagnol, le Galicia (L-51) va être incorporé dans l’opération européenne de lutte anti-piraterie (EUNAVFOR Atalanta), servant de navire-amiral, pour une flotte finalement réduite.

Ce n’est pas la première fois que le Galicia est ainsi engagé. Le Galicia connaît en effet l’Océan indien comme sa poche et les actions anti-piraterie sont un peu une seconde nature chez lui ; il a été, en effet, engagé successivement en 2010 et 2011 (intégré dans la flottille européenne), 2015 (servant également de navire-amiral). Durant son précédent engagement, en 2011, il avait marqué les esprits en ayant un engagement musclé pour arrêter un skiff pirate avec la méthode du « touché – coulé » (lire : Tribal Kat : la tactique indienne du Galicia. Touché, coulé).

Les pirates ne sont plus de sortie, la mission au ralenti

La situation n’est, cependant, plus du tout la même aujourd’hui que lors des premiers engagements du Galicia, dans le début des années 2010 où les alertes étaient quotidiennes, et les interventions nombreuses (Lire notamment : Un bateau de pêche kenyan libéré par le Galicia). L’opération européenne anti-piraterie a ainsi commencé d’évoluer. Les moyens ont été réduits de façon drastique… (1) Ainsi, depuis que le navire néerlandais qui servait jusqu’à présent de navire-amiral est rentré au pays début décembre, il n’y avait plus qu’un seul navire était sur place : le patrouilleur de haute mer espagnol ESPS Relámpago. Et pas de navire-amiral sur place ni de commandant de force en titre.

Hélicoptères, drones, équipe d’abordage…

Le navire de débarquement est parti de Rota, sa base d’attache, le 8 février 2017 pour une mission de six mois, avec a son bord, outre l’équipage, une unité « air » embarquée, composé de deux hélicoptères SH3D et quatre drones Scan Eagle déjà utilisés dans l’opération (Lire : Une première pour la marine espagnole. Un drone Scan Eagle embarqué dans l’Océan indien), ainsi qu’une équipe de sécurité opérationnelle de onze « marines » et une équipe des opérations navales spéciales, de seize personnes, pour les abordages.

(NGV)

(1) Une nécessité aussi car les marines sont occupées ailleurs – autour de l’Irak et dans le Golfe (marines française et britannique) – et en Méditerranée essentiellement : autour de la Turquie et Syrie (marine allemande), autour de la Libye (marines italienne surtout). Et les marines européennes connaissent, toutes, de fortes tensions, avec des navires plus rares, plus vieux… et des budgets raccourcis.

Tous les articles sur le Galicia

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).