Courte réunion du mécanisme d’alerte à Gali avec l’Abkhazie

Courte réunion du mécanisme d’alerte à Gali avec l’Abkhazie

Une équipe de EUMM Georgia sur le terrain (Crédit: EUMM Georgia)

(B2) La 43e réunion du mécanisme de réponse et prévention des incidents (IPRM) – mis en place en 2009 dans le cadre des discussions internationales de Genève – s’est tenue à Gali le 22 février dernier, présidée par l’ONU. Une réunion « brève conduite dans une atmosphère constructive et destinée à résoudre une grande variété de questions pratiques » commente-t-on du côté européen. Les participants ont « continué à discuter du meurtre tragique de Giga Otkhozoria à Khurcha, le 19 mai 2016 » (lire : Tensions en Géorgie. Un mort sur la ligne de démarcation avec l’Abkhazie). « Les modalités et les étapes ultérieures de la coopération » ont également été abordées.

« Un cas de prisonnier à long terme a été longuement discuté. La fermeture annoncée des points de passage à Nabakevi et Meore Otobaia, ainsi que les répercussions sur la population locale vivant le long de la ligne de démarcation administrative (frontière entre Abkhazie et Géorgie) ont été abordés sous l’angle de la sécurité et de l’action humanitaire. » Les participants ont été encouragés à partager à l’avance toutes les informations intéressantes, y compris les activités militaires à proximité de la ligne administrative, par le biais de la hotline.

Des réunions régulières reprises avec l’Abkhazie

Les réunions de ce mécanisme qui avaient été interrompues en 2014 ont repris de façon assez régulière depuis en mai 2016 (lire : Abkhazie-Georgie. Les discussions reprennent à Gali). Une réunion précédente (la 42e) s’était ainsi tenue le 24 janvier 2017. Déjà, le meurtre de Khurcha avait ainsi été l’objet des discussions, avec le transfert des documents recueillis par les autorités géorgiennes sur cette affaire ; les participants ayant également échangé des informations sur plusieurs autres affaires pénales et cas de détentions.

La fermeture des points de passage reste une inquiétude

De la même façon, la fermeture annoncée des points de passage sur la ligne administrative (Nabakevi-Khurcha et Meore Otobaia-Orsantia) et les changements apportés précédemment à une « zone frontalière » en Abkhazie avaient été abordés pour la première fois. EUMM Géorgia s’était alors déclarée « très préoccupée » par cette fermeture annoncée, soulignant les « impacts négatifs qu’une telle mesure aurait sur la vie quotidienne des riverains », notamment « pour les écoliers et les patients qui traversent [la ligne] pour des soins médicaux ».

L’information sur les exercices militaires

Les participants avaient alors discuté de la possibilité d’élargir le partage d’informations sur les exercices militaires et d’autres activités des acteurs de la sécurité « dans le but d’accroître la transparence et d’éviter les fausses perceptions ». Ce point ne semble pas vraiment avoir avancé. La prochaine réunion de l’IPRM à Gali aura lieu le 21 mars 2017.

(NGV)

Lire aussi :