Lutter contre la fraude et le crime, la police de Niamey formée

Le directeur de la Police technique et scientifique de Niamey de montre sa nouvelle carte (Crédit: Eucap Sahel Niger)

(B2) La police nigérienne a récemment été victime d’un faussaire. L’individu, aujourd’hui en prison, faisait des copies des cartes professionnelles des officiers de police et les utilisait pour s’infiltrer dans les commissariats. Pour y faire face, c’est vers la mission de l’UE de soutien aux capacités de sécurité au Niger, EUCAP Sahel Niger, que les autorités nigériennes se sont tournées.

Livraison d’une nouvelle imprimante

Jusqu’à maintenant la carte de police des officiers nigériens ne comportait, en effet, aucune sécurité particulière. Cette carte pouvait être contrefaite à l’aide d’une simple machine à badge. EUCAP Sahel Niger a donc fourni une nouvelle imprimante aux autorités de Niamey et formé l’unité chargée de son utilisation. Les cartes des policiers nigériens sont maintenant recouvertes recto/verso d’un lamina holographique personnalisé infalsifiable. « L’hologramme a été dessiné par nos soins et seuls les services de police nigériens peuvent se le procurer auprès du distributeur » explique Moustapha Tahirou, directeur de la Police technique et scientifique de Niamey.

Modernisation de la Police technique et scientifique

Plus généralement, les Européens ont accompagné la police technique et scientifique (PTS) dans sa réorganisation, afin de la moderniser. Elle est désormais composée de quatre divisions : la division des laboratoires de police scientifique, la division de l’informatique et des traces technologiques, la division de l’identification et la division de la formation technique. Au bilan. « en 2016, nous avons été requis dans le cadre de 97 affaires, contre 55 en 2015, soit une progression de 57 %. La division de l’identification a enregistré une augmentation de 20% des constatations. On constate également une augmentation de 14% des individus signalisés. »

Création d’un centre d’excellence pour l’Afrique de l’ouest? 

Les Nigériens veulent maintenant aller plus loin. « Nous souhaitons capitaliser nos acquis et explorer de nouveaux domaines. La criminalité évolue sans cesse et nous avons besoin de nous adapter. Nous envisageons de faire de notre laboratoire PTS un centre d’excellence pour l’Afrique de l’ouest. Mais pour y parvenir, notre volonté ne suffira pas, nous manquons cruellement de moyens » souligne le directeur  de la PTS. L’appui d’EUCAP Sahel Niger est « indispensable ».

(Leonor Hubaut)