Pourquoi Kenneth Clarke ne votera pas l’article 50. Alice au pays des merveilles..

Share

L'un des discours les plus émouvants depuis longtemps au parlement britannique. Le doyen des députés conservateurs, Kenneth Clarke, ministre à maintes reprises depuis les années 70 explique hier pourquoi il ne votera pas, contrairement aux consignes de son parti, l'article 50 pour partir de l'UE, faisant référence à Alice au Pays des MerveillesUne voix on ne peut plus solitaire au sein de son parti aujourd'hui, mais que l'histoire jugera sans doute bienveillamment. History will judge him kindly.Extrait, 1min50 s/t en fr. par mes soins 🙂

Posted by Alex Taylor on Mittwoch, 1. Februar 2017

(B2) Comme l’indique notre ami Alex Taylor « l’un des discours les plus émouvants depuis longtemps au parlement britannique » a été prononcé  par « le doyen des députés conservateurs, Kenneth Clarke ».

Celui qui a été ministre à plusieurs reprises sous Margaret Thatcher (Education, Intérieur, Finances) et Cameron (Commerce) a expliqué (lundi 30 janvier) lors du débat à la Chambre des Communes pourquoi il ne votera pas, contrairement aux consignes de son parti, l’article 50 pour partir de l’UE. Un cas de conscience selon lui. « Une voix on ne peut plus solitaire au sein de son parti aujourd’hui, mais que l’histoire jugera sans doute bienveillamment » commente Alex Taylor

« On suit le lapin dans le terrier et on émerge au Pays des merveilles avec les pays du monde entier qui font la queue pour nous accorder des avantages commerciaux et l’accès à leur marché, toujours refusés jusque là en tant que membres de l’UE. Des types sympas comme Trump ou… Erdogan s’impatientent afin de pouvoir abandonner leur protectionnisme… »

Ecoutez ! Et vous comprendrez pourquoi pourquoi un certain sens de l’« humour » est si souvent accolé au mot « british » et pourquoi le mot « parlementarisme » et « fair-play » est si « Made in London ».

Nb : Traduit par les bons soins d’Alex…