Le pool de réaction rapide de Frontex opérationnel

(B2) Frontex l’a annoncé aujourd’hui (7 décembre). Le pool de réaction rapide mis en place dans le cadre du nouveau Corps européen de garde-frontières et de garde-côtes est opérationnel.

1500 agents en réserve

Ce « pool de réaction rapide » est constitué de 1500 agents en tout, placés en réserve par les États européens membres de l’espace Schengen. En situation de crise, aux frontières extérieures, l’agence pourra déployer — en plus des effectifs régulièrement déployés — les effectifs nécessaires, dans les cinq jours ouvrables. Au personnel s’ajoute du matériel. Les États membres ont en effet convenu de mettre à disposition les équipements techniques nécessaires pour les opérations d’intervention rapide, « y compris les véhicules, les navires et les aéronefs ».

Un outil puissant

C’est « une étape importante dans le développement de l’Agence européenne des frontières et de la garde côtière » lancée en octobre, estime-t-on à Frontex. « Aujourd’hui, nous avons acquis un outil puissant qui permettra (…) de traiter ensemble les situations d’urgence aux frontières extérieures de l’UE beaucoup plus rapidement et efficacement. Nous continuons à aller de l’avant avec le développement d’une véritable Agence européenne des frontières et de la garde côtière qui ne sera plus confronté à la pénurie de personnel ou d’équipement dans ses opérations » a souligné depuis Varsovie (le siège de Frontex), le directeur de l’Agence, Fabrice Leggeri.

Ce pool de réaction rapide s’ajoute, en effet, au déploiement régulier d’agents dans les opérations Frontex aux frontières extérieures de l’UE (1). Il comprendra des agents de surveillance des frontières, des experts en matière d’enregistrement et de numérisation des empreintes digitales, des agents capables d’analyser les documents d’identité et des experts en contrôle de la nationalité.

(NGV)

(1) Frontex dispose actuellement de 1 200 personnes déployées aux frontières extérieures de l’UE afin d’assister les États membres pour la surveillance des frontières, l’enregistrement et l’identification des migrants.

Voir notre dossier N°30. Garder les frontières de l’Europe. Vers un corps européen de garde-côtes et garde-frontières

Lire aussi sur B2 Pro : Et maintenant ! Mettre en place le Corps européen des garde-frontières (Leggeri) *

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).