EUPOL Afghanistan ferme

(BRUXELLES2) Après près d’une décennie de soutien à la police civile en Afghanistan, la mission de police de l’Union européenne en Afghanistan (EUPOL) a clôturé officiellement son activité ce samedi (31 décembre) à minuit. Dans les faits, la mission a déjà ralenti ses activités depuis quelques jours déjà. Une réunion marquant la fin de la mission a été organisée, mercredi 14 décembre, à quelques jours de la fin officielle de la mission.

Un succès à demi teinte

Depuis sa création en 2007, pour fournir un soutien solide aux autorités afghanes, « nous avons parcouru un long chemin. EUPOL a rempli son mandat en augmentant les capacités du ministère afghan de l’Intérieur » a jaugé à cette occasion le secrétaire général adjoint du service diplomatique européen chargé de la PSDC, Pedro Serrano. 

Les Européens ont salué le « succès » de cette mission. « EUPOL Afghanistan, en étroite collaboration avec le gouvernement afghan, a réalisé des progrès concrets dans plusieurs domaines clés : la professionnalisation de la police nationale afghane; l’introduction du concept de police communautaire en Afghanistan; l’augmentation des capacités du Ministère afghan de l’Intérieur; l’alignement de la législation afghane sur les normes pertinentes en matière de droits de l’homme »

Un constat assez optimiste pour une mission dont, au mieux, tous les observateurs s’accordent pour dire que les résultats sont (très) « mitigés ». 

Lire aussi :

Une transition pour « liquider » la mission

D’une façon formelle, la mission a été prolongée jusqu’au 15 septembre 2017. Mais si jusqu’au 31 décembre 2016, EUPOL Afghanistan agit « conformément aux objectifs » de son mandat, à partir du 1er janvier 2017, elle sera chargée de « procéde(r) à la liquidation de la Mission ». C’est l’actuel chef de soutien de la mission (support mission) EUPOL qui servira de chef de mission pour la liquidation.

Lire aussi :

UE-Afghanistan, la coopération continue

« La fin de la mission EUPOL n’est que la fin d’un chapitre. Le voyage commun de l’Union européenne et de l’Afghanistan se poursuivra » précise le commandant des opérations civiles de l’Union, Kenneth Deane. L’UE reste déterminée à contribuer au développement ultérieur d’une police civile durable et efficace sous la tutelle des Afghans. « L’UE continuera à travailler avec le gouvernement afghan sur l’état de droit et la police, avec 44 millions d’euros versés annuellement par l’intermédiaire du Fonds fiduciaire administré par le PNUD en Afghanistan », a souligné Marjeta Jager, en charge de la coopération internationale et développement. 200 millions seront déboursés entre 2017 et 2019, dans le cadre du contrat de construction de l’État qui fournit un soutien budgétaire direct à l’Afghanistan et 78 millions d’euros seront affectés au soutien des Afghans de retour et seront administrés par un fonds spécial. 

(Leonor Hubaut)