Les Dix mythes qui mitent la défense européenne

Les Dix mythes qui mitent la défense européenne

Share
(crédit : EMA / DICOD)

(crédit : EMA / DICOD)

(BRUXELLES2) Le débat sur la défense européenne est aujourd’hui empoisonné par quelques mythes, des illusions, parfois gentilles, parfois mesquines, qui sont handicapantes sur le plan de l’action comme de la réflexion. Alimentées tout autant par de doux rêveurs (qui projettent leurs fantasmes sur les réalités) et les souverainistes (tout aussi rêveurs, mais plus dangereux), ces propos méritent d’être un peu remis dans le contexte du principe de la réalité.

1er mythe : « aaah si on avait fait la Communauté européenne de défense » (le nostalgique)

C’était en 1954, il y a plus de 60 ans, il y a trois générations. A l’époque, l’Algérie était (encore) française. Staline venait juste de mourir. l’Allemagne était toujours occupée et son armée interdite d’existence. Le mur de Berlin n’était pas encore construit. Et les Français et Britanniques n’avaient pas été faire le coup de force à Suez, etc. Tenter de faire revivre une idée qui a été conçue dans un contexte politique précis, avec un lamento du type ‘aaah si on fait fait la CED, on n’aurait pas ce type de problème‘ relève de la douce nostalgie (1).

Entre temps, le mouvement de décolonisation a réduit les colonies françaises et britanniques (belges et néerlandaises) à quelques miettes d’empire, la mondialisation voit naître lentement de nouveaux géants (Chine, Corée, Inde, Brésil…) qui peuvent désormais tenir la dragée haute en matière industrielle aux Européens. De nouvelles menaces se sont faites jour. La situation n’est pas du tout la même.

Affirmer aujourd’hui que ce raté préjudicie toute autre initiative relève du syndrome d’Attila (l’herbe ne repoussera jamais). Rideau sur la CED qui appartient à l’histoire comme la IVe république à celle de la France.

2e mythe : « Ma défense nationale, très efficace » (le fumeur de pipe)

Face à une résurgence de la volonté russe de montrer ses muscles, il est symptomatique que les Européens aient été incapables de pouvoir organiser des mesures de réassurance envers les Etats les plus exposés suffisamment fortes pour être dissuasives. Il a fallu attendre l’impulsion de Washington, son engagement, pour que les Européens se décident, un peu, à agir. L’Europe est comme cet adulte qui s’enracine dans le domicile parents, répugnant à le quitter car le logis et le couvert sont assurés, à un moindre coût…

La réalité, aujourd’hui, c’est que, plus de 25 ans après la chute du mur de Berlin, l’Europe est devenue dépendante du goutte-à-goutte américain. La plupart des armées en Europe sont aujourd’hui des « tigres de papier » qui ne sont plus en capacité de réagir à des menaces, même d’intensité moyenne, qui frapperaient leur propre territoire. Un triple coup de ciseau menace aujourd’hui la souveraineté des Etats européens : 1°) une augmentation des menaces ; 2°) un affaiblissement des capacités et des budgets (même s’il y a une remontée des budgets celle-ci reste limitée et incapable de compenser le lent effacement de presque dix ans) ; 3°) la faiblesse de l’effort de recherche & développement. En clair, la plupart des pays sont incapables d’assumer seuls leur défense. L’absence d’investissement notable, de R&D autonome nationale et européenne, le principe de la préférence nationale et à défaut la préférence américaine (sans introduire la préférence européenne) fait que l’industrie européenne n’a pas l’incitant suffisant pour se développer (sauf par les exportations hors d’Europe) (3).

3e mythe : « l’armée française, la meilleure d’Europe » (le coureur dopé)

C’est un sentiment très clairement exprimé aujourd’hui dans l’hexagone. Certes l’armée française, a une capacité notable, une chaîne de commandement efficace et un effet de taille que peu de pays réunissent. Ses réussites sont enviées. Mais la fibre patriotique, utile, obscurcit aujourd’hui la réalité. La France semble aujourd’hui illusionnée, ensorcelée par ses « victoires » au Sahel ou en Centrafrique, comme l’a été hier le Royaume-Uni. Nous sommes plus proches du dopage que de la course de fond. L’armée française est au bout de ses capacités. Et même si on augmente un peu ses capacités, c’est le budget public qui ne pourra supporter, tout seul, un effort intense sur une durée aussi longue.

Le Royaume-Uni avait connu pareille euphorie, à partir de 2003 avec un engagement soutenu en Irak et en Afghanistan. Cet effort a duré dix ans et a laissé sur la paille l’armée britannique, incapable de faire face à la fois au renouvellement accéléré des matériels, des munitions, des équipements et … aux pertes humaines. Le budget de la Couronne n’a pu supporter cet effort. Et, l’armée britannique, est aujourd’hui handicapée, incapable de se projeter à une hauteur conséquente, comme dans le passé, avec un sentiment d’amertume et de grandeur perdue. La France pourrait connaître pareille mésaventure d’ici la fin de la décennie.

4e mythe : faisons l’armée européenne (l’ambitieux impuissant)

Tirant partie des faiblesses de certaines armées, l’idée parfois avancée est un projet d’armée européenne. Cette idée revient souvent aussi chez certains (hommes politiques, observateurs) qui n’arrivent pas à traduire autrement le projet d’un renforcement de l’Europe de la défense, d’une mutualisation des moyens. Comme s’il ne pouvait y avoir d’autre projet, comme si la pensée stratégique était à ce point annihilée qu’il n’y a pas d’autre projet possible au niveau européen que l’armée européenne.

Or, à supposer qu’elle ne soit pas juste un ‘bon mot’ mais un vrai projet, la création d’une armée européenne suppose un énorme engagement politique, militaire, technique, … et financier. Elle supposerait ainsi au préalable des investissements notables avant d’en récolter des fruits d’économie budgétaire. Ce n’est pas vraiment possible, aujourd’hui, pour deux raisons essentielles. Il n’y a pas de pouvoir européen fort, légitime, capable d’assumer, politiquement et financièrement, un engagement militaire avec ses pertes humaines, ses possibles erreurs, ses traquenards et qui puisse rendre compte de ses erreurs. Il n’y a pas de peuple européen. Il n’y a pas de budget européen. Il n’y a pas de volonté dans la plupart des pays de consentir de nouveaux glissements de souveraineté à l’échelon européen. Etc.

Derrière cette assertion, il y a parfois de la bonne foi — fixer un objectif lointain et mettre en place les outils techniques pour y arriver —, mais plus souvent il y a quelques sous entendus : 1) l’armée européenne, c’est tellement irréaliste, on n’a pas réussi à le faire en 1954, on ne peut rien faire en matière européenne… 2) une armée européenne c’est un projet intergouvernemental permettant ainsi de dire aux institutions européennes qu’elles sont dépassées et doivent faire autre chose.

5e mythe : soyons réalistes, faisons du pragmatisme (le joueur de loto)

C’est l’inverse de l’armée européenne. C’est la méthode des petits pas, de la coopération concrète, des projets à partir du bas, d’échange de compétences, de bonnes pratiques, etc. Mais elle n’a pas produit de résultats importants. De fait, ces mots cachent souvent une absence de volonté politique. Et quand elle existe, celle-ci ne dure qu’un printemps. Même ceux qui ont tenté, de bonne foi cette méthode le reconnaissent. En matière de défense, il faut une importante et intense volonté politique, venue du plus haut de chaque Etat — avec parfois l’accord des parlements et des commandements d’armées —, pour pouvoir se décliner jusqu’en bas, avec un objectif concret, structurant, et rapide pour obtenir un effet. Mais la défense ce n’est pas une épicerie. Et un colonel ne commande pas à un général.

6e mythe : les ‘headlines goal’ (l’illusionniste)

Tout le monde l’a oublié. Mais il y a 15 ans, à Helsinki, les Européens avaient défini plusieurs objectifs très généreux, les headline goal. Les Quinze d’alors s’engageaient à être capables de « déployer des forces militaires » de l’ordre « d’un corps d’armée — jusqu’à 15 brigades, soit 50 000 à 60 000 hommes — » pour pouvoir accomplir l’ensemble des missions de Petersberg, c’est-à-dire notamment des missions de combat, d’interposition et de maintien de paix. Autrement dit un leurre à l’heure européenne. Pour le Mali en 2013, pour la Centrafrique ensuite… on n’a pas trouvé les hélicoptères et soldats nécessaires. Il a fallu les Tchadiens dans un cas, les Géorgiens dans l’autre, pour boucler des effectifs qui étaient à peine de 10% de l’objectif dans le premier cas, de 1 ou 2% dans le second cas. Malgré tous les discours et tous les engagements, il n’y a toujours aucune volonté de planifier en commun les capacités nécessaires, les types d’équipements, et finalement de combler les lacunes en commun. Ce travail qui continue d’occuper quelques états majors est un travail inutile et un leurre, dangereux, de puissance.

7e mythe : la duplication avec l’OTAN (le flûtiste)

C’est un spectre agité à chaque fois qu’un projet européen se fait jour, un tant réaliste ou ambitieux. La duplication avec l’OTAN est un de ses vieux mythes récurrents imbéciles. Ce n’est pas parce que les Européens n’ont pas réussi à fédérer en leur sein une idée de défense que l’OTAN va mieux. Au contraire…

Le débat n’est plus de savoir aujourd’hui s’il faut une Europe de la défense ou une défense européenne, l’un synonyme de l’autonomie de l’Union européenne, l’autre synonyme d’un pilier européen au sein de l’OTAN. Ou si l’un va affaiblir l’autre. La réalité est que si l’on ne fait pas l’un, on ne fait pas l’autre.

La réalité, c’est que les organisations, les structures, les chaînes de commandement politiques sont différentes et ne sont pas interchangeables. Elles ne peuvent être dupliquées car elles ne sont pas dupliquables. Certaines missions, l’OTAN ne peut (ou ne veut) pas les assumer (car son ombre dans certaines régions n’est pas souhaité) ou les assurer (car elle n’en a pas les moyens).

La réalité c’est qu’aujourd’hui l’antagonisme OTAN – UE, parfois gonflé, semble appartenir au passé. « Contrairement à d’autres temps, nous n’opposons plus défense européenne à défense OTAN. Et du côté OTAN, il y a une reconnaissance des progrès et développement accomplis par UE dans le champ sécurité et défense » soulignait ainsi récemment à Paris devant les ambassadeurs, le général de Rousiers (ancien président du comité militaire de l’UE). « C’était très visible au sommet Pays de Galles. où il y avait 70 occurrences du mot ‘Union européenne’ dans le texte. Une situation optiquement inédite. »

8e mythe : sans le Royaume-Uni, on ne peut rien faire ? (le joueur de cornemuse)

C’est faux. Prétendre le contraire, c’est confondre le poids britannique, réel, au plan militaire et son apport, concret, aux opérations européennes. Mais il ne faut pas se bercer d’illusions. Quand le ministre néerlandais Bert Koenders regrette « la perte de la capacité expéditionnaire, en particulier de la flotte britannique » avec le Brexit, ce sont ainsi davantage des larmes de crocodile. La plupart des opérations militaires européennes se sont passées, jusqu’ici, des armées britanniques. Même l’opération anti-piraterie dans l’Océan indien, pourtant commandé par un Britannique, n’a bénéficié que d’un soutien limité de la marine royale en termes de navires (Lire : Brexit. Le Britannique est-il nécessaire à l’Europe de la défense ?). Seule l’opération Sophia en Méditerranée compte aujourd’hui un navire britannique dans ses rangs, sans que cette présence soit aussi fondamentale que l’apport italien ou allemand à l’opération.

Au surplus, même hors de l’Union européenne, il est toujours possible d’associer les Britanniques aux opérations et aux projets de la défense européenne, de façon ad hoc, comme on le fait aujourd’hui pour tous les pays tiers. L’Australie, la Russie et l’Ukraine sont venus prêter main forte à l’UE hier. Les Etats-Unis, la Suisse, la Géorgie ou la Turquie continuent de le faire. Pourquoi pas les troupes de sa Royale Majesté demain ?

9e mythe : on décide tout à l’unanimité (le légaliste endurci)

Une belle excuse. En fait, la défense bénéficie, au niveau européen, du cadre le plus souple et le plus riche possible en matière d’actions « à la carte ». C’est d’ailleurs le seul domaine à bénéficier d’un tel traitement de faveur. Il est possible d’agir à 2 ou 3 (ou davantage) une coopération par exemple ad hoc sur une opération (délégation d’action article 44), d’avoir une coopération à plusieurs sur une ou deux thématiques (coopération renforcée), d’avoir une coopération plus forte avec une structure permanente (coopération structurée permanente), de mettre en place un fonds pour les missions (Fonds de lancement) (2). Au surplus, il est toujours possible de recourir à une initiative hors traité, comme on l’a fait régulièrement — que ce soit pour OCCAR ou l’EATC —.

Aucun de ces cadres n’a jamais été déclenché par un Etat membre. Plusieurs pays (Allemagne, France, Espagne, Belgique…) en ont parlé, à titre intentionnel, dans des documents programmatiques (type Livre Blanc) ou des discours politiques. Aujourd’hui, l’Etat qui le veut peut appuyer sur le bouton, demander le déclenchement d’une coopération « structurée » ou « renforcée ».

De la même façon, la Haute représentante de l’UE, si elle le désire demain, peut réorganiser le fonctionnement de ses services pour créer un commandement de conduite des opérations militaires. Ce sera un peu un coup de force, la voie est étroite, mais c’est possible.

10e mythe : la défense, c’est à 27 ou 26 (le solidaire hypocrite)

C’est possible, mais très difficile, voire très souvent impossible. La réalité — et l’expérience des dernières années — oblige à le reconnaître. Les projets de défense intègrent, de façon si intense, les données politiques et techniques qu’il est difficile de réunir tous les pays sur une même ligne, en même temps. Si on veut avancer, vite, voire avancer tout court, l’Europe de la défense doit se conjuguer au pluriel et peut se décliner en petits groupes, selon des logiques territoriales et politiques — Belges avec Néerlandais, Nordiques ensemble, Visegrad, Europe centrale, Balkaniques, Méditerranéens — accompagnées de logiques d’articulation de forces, complémentaires, intégrées, opérationnelles. Il ne s’agit pas de reconstituer des forces multinationales, disponibles sur le papier et qui n’arrivent que très rarement à fonctionner mais d’aboutir à des rapprochements qui se déclinent immédiatement en augmentation des forces disponibles et diminution des coûts.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi :

(1) Le projet de la CED, séduisant 70 ans, après était pour le moins pas vraiment très ficelé. Quand on regarde l’élaboration de ce texte, qui emprunte davantage à la conjoncture du moment qu’à une réalité structurelle, et le contenu du texte au regard de l’époque, on ne peut qu’effectivement avoir des doutes. Une armée ‘européenne’ sous commandement d’un militaire américain… c’était pas vraiment de quoi faire approuver ce projet. Je ne suis pas vraiment sûr qu’il aurait pu résister aux diverses initiatives militaires ultérieures, notamment les opérations en Algérie…

(2) On peut ajouter d’autres dispositifs comme celui de l’Agence européenne de défense qui a développé les projets B (où chaque pays décide de participer … et de contribuer financièrement). D’autres projets pourraient être lancés et abondés aussi largement que possible.

(3) Ce qui, au passage, représente une double anachronie. Les etats européens préfèrent acheter hors Europe plutôt que sur le continent. Au lieu d’exporter des valeurs, l’Europe exporte des armes.

(*) Le Danemark ne participe pas à l’élaboration de la politique militaire au niveau européen.