Retrouvailles à Ventotene

La fiche de prison de Spinelli datant de 1937 (crédit : www.altierospinelli.orgvia Rivista on line, le magazine du centre John Hopkins de l'université de Bologne, http://www.jhubc.it)
La fiche de prison de Spinelli datant de 1937 (crédit : www.altierospinelli.orgvia Rivista on line, le magazine du centre John Hopkins de l’université de Bologne, http://www.jhubc.it)

(BRUXELLES2) Les dirigeants des trois grands pays européens — qui ne sont plus que trois avec le départ du Royaume-Uni — le Premier ministre italien Matteo Renzi, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande se retrouvent lundi sur l’île de Ventotene pour réfléchir, avant le sommet informel à ’27’ de Bratislava le 16 septembre, … à l’avenir de l’Europe et préparer les prochaines échéances européennes. Espérons que l’air du large et l’atmosphère chargée d’histoire du lieu leur permettra de se dégager des contraintes du terre-à-terre et d’être un peu plus ambitieux et… concrets.

Une ile symbolique

C’est là que furent emprisonnés par le régime de Mussolini les militants communistes et autres opposants au fascisme, notamment Altiero Spinelli et Ernesto Rossi. C’est de cette île, au printemps 1941, qu’est écrit un « Projet de Manifeste » « Pour une Europe libre et unie » (Per un’Europa libera e unita. Progetto d’un manifesto), un des principaux textes fondateurs de l’idée européenne, qui a irrigué la résistance italienne durant la guerre, et au-delà, et a servi de fondement au Mouvement fédéraliste européen créé à Milan en 1943. C’est là qu’Altiero Spinelli est enterré, en 1986, dans le cimetière de Ventotene.

Retirer au nationalisme les moyens de nuire

L’idée du « Manifeste de Ventotene » est « simple » — écrit Bernard Poignant, conseiller de François Hollande (2), le jour du centenaire de la naissance de Spinelli — « les Etats nationaux souverains ne sont plus en mesure de garantir la sécurité de leurs citoyens. Ils ne savent plus promouvoir des échanges commerciaux pacifiques. Leur horizon est borné à la conquête des pays voisins les plus faibles. Leur nationalisme écrase tout et est devenu leur credo. Il faut donc malgré eux et contre eux sauver la civilisation européenne. Pour cela il n’existe qu’une seule solution : retirer aux Etats des pans substantiels de souveraineté. »

Sur du papier à cigarettes au fond d’une boîte en fer

La façon même dont ce texte a vu le jour, permet d’en mesurer la teneur. « Il fallait tenir ce texte secret et ils le cachèrent dans le double fond d’une boîte en fer ». « Ils n’avaient pas de papier, matériau jugé dangereux par les fascistes. Ils l’écrirent par conséquent sur du papier à cigarettes. »

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi : L’Italie appelle à un Schengen de la Défense. L’appel sera-t-il entendu ?

Télécharger le manifeste de Ventotene (traduit en Français) par l’institut des études fédéralistes Altiero Spinelli

(1) Lire sur l’histoire du pénitencier de Santo Stefano

(2) Ancien maire de Quimper et eurodéputé (PS)