EUTM RCA lancée. Les premières formations mises en place…

EUTM RCA lancée. Les premières formations mises en place…


(BRUXELLES2) Juste après son lancement officiel, la nouvelle mission européenne, EUTM RCA, chargée de mettre en place la formation de l’armée, a commencé son travail.

Une première formation pour 40 officiers

Deux cours destinés à 40 officiers centrafricains, commandants de pelotons et compagnies se sont tenus dans la deuxième partie de juillet. La formation, principalement orientée vers le leadership, a permis — selon les informations recueillies par B2 — de détecter plusieurs candidats possibles pour devenir à leur tour formateur de formateurs. Ce programme — dénommé « train the trainers » — est la clé de la mission. Il faut s’ « assurer que les forces armées centrafricaines (FACA) construisent leur propre avenir » explique-t-on côté européen. Un fait positif, au vu le « faible niveau de préparation des Centrafricains ».

Transition avec EUMAM RCA en douceur

Cette rapidité de mise en place des premières formation tient à la bonne préparation avec la mission précédente, EUMAM RCA. « Nous avons défriché le terrain », explique son chef, le général Laugel, avant de passer le relais à EUTM RCA. Depuis janvier dernier, les militaires de EUMAM ont, en effet, préparé la mission suivante. Relais facilité par le fait que les mandats des missions se superposent : conseil stratégique, création d’un cursus militaire, formation des officiers et sous-officiers (Lire: La transition d’EUMAM RCA vers EUTM RCA validée par les 28).

Pas encore de calendrier pour les bataillons

Pour la formation des bataillons, il faut un peu plus de temps. Car doter les forces armées centrafricaines (FACA) de soldats « aptes au combat » ne faisait pas partie du mandat d’EUMAM. Il faut donc tout préparer depuis le début. Pour l’instant, aucun calendrier n’est avancé. Et la formation du premier bataillon ne commencera peut-être pas en septembre, comme prévu à l’origine. Mais cela n’inquiète pas outre-mesure les formateurs européens. « Le mandat prévoit la formation de deux à trois bataillons en deux ans », soit 2000 hommes, souligne-t-on à Bangui. La priorité est surtout d’établir une collaboration sur « de bonnes bases », en s’assurant de « répondre aux demandes » des Centrafricains, plutôt que d’aller trop vite.

(Leonor Hubaut)

NB : Le QG de la mission, ainsi que son camp d’entrainement, regroupant 170 Européens, sont toujours basés dans la capitale centrafricaine au sein de Ucatex. Le même camp que celui utilisé par la mission EUMAM RCA, mais avec plus de double de personnel, la mission se retrouve un plus à l’étroit que prévu.

Lire aussi :