Au Sud Soudan, on évacue (Maj1)

Au Sud Soudan, on évacue (Maj1)

Share
Un Transall de la Luftwaffe - archives B2 (Crédit : Bundeswehr)

Un Transall de la Luftwaffe – archives B2 (Crédit : Bundeswehr)

(BRUXELLES2) Devant l’accroissement de l’insécurité à Juba, où de violents combats ont éclaté entre les forces armées régulières et l’opposition armée, l’évacuation des ressortissants étrangers (diplomates, coopérants, membres d’ONG a commencé.

154 étrangers déjà évacués

La Bundeswehr a dépêché, dans la capitale sud-soudanaise, plusieurs Transall permettant d’évacuer au total 154 personnes : 32 Allemands et 122 autres étrangers, de 31 nations différentes, selon le décompte fourni par le centre de crises fédéral allemand (l’opération d’évacuation a été coordonnée par la cellule de crise du ministère allemande des Affaires étrangères). Ils ont été rapatriés sur l’Ouganda tout proche (à Entebbe).

Trois Transall requis pour l’évacuation

Trois appareils de type Transall C-160 D — équipés d’une protection balistique contre les armes de petit calibre et une auto-protection étendue (ESS), de systèmes lance leurres à l’infrarouge — ont participé aux opérations d’évacuation.

Le premier Transall est venu du Mali, prélevé sur le contingent allemand de la MINUSMA. Il a atterri, mercredi à Juba, rapatriant 49 premières personnes (dont 19 Allemands). 4 casques bleus de l’ONU blessés ont également été rapatriés vers l’Ouganda avec une équipe médicale à bord.

Deux autres Transall venus d’Allemagne ont fait escale à Djibouti et sont arrivés le mercredi matin dans la capitale sud-soudanaise. Une seconde vague de ressortissants allemands, européens, d’Amérique du Nord, africains et asiatiques ont pu être rapatriés sur Entebbe. Un des Transall a fait une deuxième navette dans la journée pour rapatrier les derniers ressortissants.

L’ambassade d’Allemagne fermée

le personnel de l’ambassade d’Allemagne ont quitté le pays. Pour l’ambassadeur allemand à Juba, Johannes Lehne, il « n’y avait pas d’autre choix que d’évacuer. De féroces combats de rue se sont déroulés juste en face des maisons de nombreux employés et des travailleurs humanitaires. (…) Au bout de quatre jours et de nuits de combats intenses, la seule option était l’évacuation. »

Les Américains dépêchent des hommes en protection

Les 15 observateurs militaires allemands déployés dans le cadre de la mission MINUSS des Nations Unies « restent dans le pays et continuent leur activité » précise-t-on à Berlin. Le président américain a décidé d’envoyer des militaires protéger les installations diplomatiques (47 hommes sont déjà arrivés à Juba. Et 130 sont en alerte sur la base permanente de Djibouti, au camp Lemonnier).

(Nicolas Gros-Verheyde)