Force de réaction rapide de l’UE. L’Eurocorps d’astreinte à partir du 1er juillet

Force de réaction rapide de l’UE. L’Eurocorps d’astreinte à partir du 1er juillet

Share
(Crédit: Eurocorps)

(Crédit: Eurocorps)

(BRUXELLES2) L’Eurocorps va servir officiellement de quartier général (FHQ) de la force de réaction rapide de l’UE (battlegroup) au second semestre (1). La cérémonie de certification a eu lieu ce jeudi 2 juin, après six mois de préparation. C’est une première pour cet organe multilatéral qui cherche à se rapprocher, de plus en plus, de l’UE. Lire: L’Eurocorps cherche à mieux coopérer avec l’UE. Une lettre d’intention

D’astreinte pendant 6 mois

L’Eurocorps prendra, en effet, l’alerte « EUBG » (EU Battlegroup dans le jargon européen) à partir du 1er juillet, pour une période de 6 mois. Selon nos informations, il pourrait même prolonger l’expérience et rester le FHQ pour le battlegroup du 1er semestre 2017. En cas de déploiement, une possible mission serait d’apporter un soutien à la sécurisation d’une zone limitée, comme cela avait été (initialement) pensé pour la Centrafrique (Lire : Battlegroup pour la Centrafrique ? Comment Cathy a dit stop !

Le général Pfrengle aux commandes 

C’est un général allemand, le général Franz Xaver Pfrengle qui est à la tête de cette unité multinationale. Pendant la préparation, c’est un déploiement en Afrique qui a servi de scénario. Une possibilité pour laquelle Pfrengle est particulièrement bien préparé. Il rentre tout juste de Bamako où il a commandé la mission de formation de l’armée malienne (EUTM Mali). L’UE ne peut pas être une usine de GTIA maliens (général Pfrengle)

(Crédit : Eurocorps)

Le général espagnol Alfredo Ramírez, chef de l’Eurocorps, remet l’insigne du battlegroup de l’UE à son second, le général Pfrengle (Crédit : Eurocorps)

Prêt au déploiement 

Après des exercices testant les procédures et la coopération entre les différentes nations au sein du quartier-général à Strasbourg, la réaction réelle sur une variété d’incidents a été la dernière étape vers la certification. A Bergen (Allemagne), pendant deux semaines, l’exercice « European Spirit 16 » a réuni 2600 participants. Les militaires se sont entrainés à toutes sortes de situations : la sécurisation de zone, notamment lorsqu’un convoi est stoppé ; les évacuations médicales (Medevac) par air et terre ; la détection et le traitement de zones contaminées ; et l’intervention pour séparer des parties, en cas d’affrontement. 

(Crédit: Eurocorps)

L’exercice s’est voulu le plus réaliste possible, avec tirs de mortiers, interventions d’hélicoptères et déploiement de chars de combats (Crédit: Eurocorps)

(Leonor Hubaut)

(1) La force est conduite par l’Allemagne comme nation-cadre et comprend l’Autriche, la République tchèque, l’Irlande, la Croatie, le Luxembourg, et les Pays-Bas. Le Quartier général d’opérations désigné est celui de Potsdam (Allemagne)

Lire aussi : Ces très chers battlegroups, vraiment inutilisables ?