Quatre jours en Palestine (Maj 1)

Quatre jours en Palestine (Maj 1)

Share
Le siège de la Cour de justice palestinienne à Ramallah

Le siège de la Cour de justice palestinienne à Ramallah © JB / B2

(B2) Pendant presque une semaine j’ai pu me joindre aux équipes européennes en Cisjordanie. De Jericho à Ramallah, les hommes et femmes de EUPOL COPPS forment, en effet, la police et la justice criminelle palestiniennes.

Lancée en 2006 avec en toile de fond de conforter la solution à deux États – palestinien et israélien, prônée par les Européens, la mission européenne, menée au titre de la PSDC, fête ses dix ans. Mais le contexte dans lequel elle évolue, reste toujours aussi difficile et volatile.

Un contexte toujours difficile

Depuis plusieurs mois, le conflit s’est déplacé d’un niveau collectif à un niveau individuel, avec des attaques aux couteaux menées par de jeunes adolescents palestiniens à Jérusalem. Quand nous arrivons, le calme règne (1). De façon étonnante. « C’est vrai, depuis quatre jours, les choses sont apaisées » confesse, d’un air quelque peu circonspect, un observateur palestinien.

Mais, entre colonies de peuplement, check points, permis de circuler, les différentes zones, incursions régulières des troupes israéliennes dans les territoires occupés, … les difficultés de la vie quotidienne pèsent sur la population et compliquent également le travail de la police.

(Johanna Bouquet)

En immersion dans la police palestinienne…

(*) Paru sur B2 Pro

(1) Le calme n’a pas duré. Lundi (18 avril), une explosion dans un bus à Jérusalem ouest a fait une vingtaine de blessés, sur la rue de Moshe Baram. Loin des attaques aux couteaux perpétrées par des adolescents, c’est la première attaque à la bombe depuis la deuxième Intifada en 2005, précise le journal Haaretz.