Trois soldats français tués par l’explosion d’une mine au nord Mali (Maj3)

Trois soldats français tués par l’explosion d’une mine au nord Mali (Maj3)

Share

MichaelPooSing@(B2) Trois militaires du 511ème régiment du train d’Auxonne (Côte d’Or), qui participaient à l’opération Barkhane au Mali, ont été tués par l’explosion d’une mine contre leur véhicule blindé, ce mardi matin (12 avril), vers 9h20 (heure française), à proximité de la ville de Tessalit (nord Mali). Le bilan qui était de un mort au départ, mardi, a été vite revu à la hausse, deux autres soldats ayant succombé à leurs blessures.

Convoi logistique

Une mine (engin explosif artisanal) a explosé contre leur véhicule blindé qui était à la tête d’un convoi logistique. Ce convoi, composé d’une soixantaine de véhicules, avait quitté Gao afin de rejoindre Tessalit, dans le nord du Mali vendredi dernier (8 avril). Mickaël Poo-Sing a été tué sur le coup. Trois autres soldats qui se trouvaient dans le même VAB (véhicule de l’avant blindé) ont été blessés. Ils ont « immédiatement été secourus par les équipes médicales de la force » – précise le ministère de la Défense – et transportés vers Gao, dans l’hôpital chirurgical de campagne des forces françaises. Deux d’entre eux sont blessés gravement, avec le « pronostic vital engagé » comme disent les médecins d’urgence. Malgré les soins prodigués, les deux soldats sont décédés, dans la soirée, des suites de leurs blessures.

Courage et ténacité

Dans un communiqué, le président de la République, François Hollande, a entendu salué « le courage et la ténacité des soldats français qui poursuivent leur mission aux côtés de l’armée malienne et des forces des Nations Unies pour conforter la souveraineté du Mali et réduire les groupes armés terroristes dont la menace pèse sur l’ensemble des pays du Sahel ».

NB : 7 militaires français sont ainsi morts au combat depuis le lancement de l’opération Barkhane le 1er août 2014 sur la zone du Sahel. Le chiffre monte à 17, si on prend en compte l’opération Serval, qui l’a précédée au Mali à compter de janvier 2013.

(NGV)


Né le 4 décembre 1996 au Mans, Mickael Poo-Sing était âgé de 19 ans. Après un baccalauréat scientifique, il rejoint l’armée de terre il y a un peu plus d’un an, en février 2015, en tant qu’engagé volontaire de l’armée de terre (EVAT) au sein du 511e régiment du train d’Auxonne, précise la notice biographique des armées parvenue à B2. Il suit tout d’abord une formation initiale d’agent de circulation routière durant trois mois où il « s’illustre par d’excellents résultats, terminant major de sa promotion en mai 2015 ». Elevé au rang de conducteur de première classe en août 2015, il est projeté avec son régiment au Mali, en janvier 2016, au sein du bataillon logistique (BatLog) de l’opération Barkhane.

Le maréchal-des-logis Damien Noblet aura servi la France durant près de 12 ans. Engagé comme volontaire de l’armée de terre au titre du 515e régiment du train, il est affecté à l’escadron de circulation routière en tant qu’agent de circulation routière. Il participe à plusieurs opérations extérieures : au Kosovo de mai à juin 2005, puis de nouveau de septembre 2005 à janvier 2006, en Côte-d’Ivoire en 2007, au Liban en 2008, au Sénégal et aux Emirats Arabes Unis en 2010. Déployé une première fois au Mali de juin à novembre 2013, dans le cadre de l’opération Serval, il avait mené de nombreuses missions au Nord-Mali. Affecté au 511e régiment du train le 1er août 2014, il occupe alors les fonctions de chef de patrouille de circulation routière.

Le brigadier Michael Chauwin a rejoint l’armée de terre il y a deux ans, en février 2014, en tant qu’engagé volontaire de l’armée de terre (EVAT) au 511e régiment du train d’Auxonne. Il intègre l’escadron de circulation routière du 511e régiment du train le 2 juin 2014 et est élevé à la distinction de conducteur de 1re classe le 1er septembre 2014.

Tous deux avaient été engagés dans l’opération « Sentinelle », de sécurisation sur le territoire français, après les attentats de Charlie Hebdo, de janvier à février 2015 puis au sein du groupement de circulation routière en appui du défilé du 14 juillet 2015 à Paris.

(Mises à jour) notices biographiques, détails sur les circonstances de l’attaque, révision du bilan à la hausse.