La société civile malienne impliquée dans la formation de la Gendarmerie

Le chef de la mission, Albrecht Conze, a signé l'accord au nom d'EUCAP (Crédit : Eucap Sahel Mali)
Le chef de la mission, Albrecht Conze, a signé l’accord au nom d’EUCAP (Crédit : Eucap Sahel Mali)

(BRUXELLES2) Pour établir une relation de confiance entre la population et les forces de sécurité intérieure, il faut former, informer… c’est le constat qu’a fait la mission européenne EUCAP Sahel Mali chargée de renforcer les forces de sécurité intérieure (civiles) maliennes. C’est l’objectif de la signature d’un accord de coopération avec l’Institut Malien de Recherche Action pour la Paix (IMRAP), qui a été faite ce 16 mars .

Cinq objectifs concrets

La formation conjointe se fixe plusieurs objectifs concrets :

  • former un nombre important d’agents et de les sensibiliser sur l’importance du maintien du dialogue et de la confiance avec la population ;
  • identifier au sein des Forces de sécurité intérieure de ´personnes de référence´ ayant un fort potentiel pour constituer un réseau dans le cadre des activités de renforcement de la confiance ;
  • soutenir le processus du développement d’une police de proximité ;
  • créer un partenariat continu entre les Forces de sécurité intérieure et la population ;
  • contribuer au suivi et à l’évaluation des personnes de référence.

L’expérience gagnée sur le terrain

Dans les mois précédents cet accord, des membres de l’Institut malien de recherche et action pour la paix (IMRAP) ont été invités à intervenir aux côtés de formateurs européens dans plusieurs rencontres et formations avec les officiers de la Gendarmerie nationale. Les responsables de l’Institut ont également sillonné le territoire national et certains camps de réfugiés maliens, consultant les citoyens sur les obstacles de la paix.

(Leonor Hubaut)

Lire aussi :