Syrie. Des habitants hagards, plus maigres que nature (PAM)

Convoi sur la route de Syrie (crédit : PAM / ONU)
Convoi sur la route de Syrie (crédit : PAM / ONU)

(B2) Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a annoncé jeudi avoir fourni de la nourriture à plus de 80.000 personnes prises au piège dans cinq villes syriennes assiégées. Plusieurs convois de véhicules de différentes agences de l’ONU, accompagnés du Croissant rouge syrien, sont ainsi arrivés mercredi soir à Moadamiyeh, Zabadani et Madaya, dans la zone rurale de Damas, et à Foua et Kafraya, dans la zone rurale d’Idlib.

Des habitants qui ont survécu en mangeant de l’herbe

Sur place, à Moadamiyeh, l’équipe humanitaire sur le terrain « a vu des personnes ayant une apparence maigre et hagarde et des enfants qui semblaient trop petits pour leur âge. A Moadamiyeh, qui a été inaccessible pendant plus d’un an et demi, les civils ont survécu en consommant de l’herbe et grâce aux quantités limitées de riz, qui se vend à des prix cinquante fois plus élevés qu’à Damas » raconte le PAM (pourtant situé seulement à quelques kilomètres).

Une percée humanitaire

« Cela marque une percée humanitaire majeure en Syrie, mais il faut se rappeler que les convois ponctuels et sporadiques ne peuvent qu’apporter un secours temporaire aux personnes désespérées souffrant de la faim » souligne Jacob Kern, le directeur du PAM en Syrie. « Les populations ont besoin de se nourrir tous les jours. Nous espérons pouvoir poursuivre ces distributions et continuer à apporter de l’aide aux personnes les plus vulnérables dans toutes les régions du pays. »

(NGV)