Ursula et Jeanine sur un bateau

Ursula et Jeanine sur un bateau

La signature de la lettre d'intention (© NGV / B2)

La signature de la lettre d’intention (© NGV / B2)

(B2 à Amsterdam) Ca y est. C’est signé ! Les deux ministres de la Défense, allemande et néerlandaise, Ursula von der Leyen et Jeanine Hennis-Plasschaert, ont apposé leur paraphe, ce matin, sur leur projet de coopération maritime à bord du navire de soutien néerlandais Karel Doorman. Ce qui n’est pour l’instant qu’une lettre d’intention permettra, quand il sera entériné par les deux parlements, d’ici 2018 l’utilisation par les Allemands du navire de soutien amphibie et l’intégration des troupes de marine allemandes au sein du bataillon néerlandais.

La force de la confiance mutuelle

« L’Allemagne et les Pays-Bas montrent comment on peut faire l’intégration des forces en Europe » a commenté la ministre allemande qui s’exprimait à l’ombre de deux chars Leopard 2A6. « Notre accord démontre la force de notre partenariat. Mais il montre aussi la grande confiance mutuelle. Allemands et Néerlandais vivront, travailleront, se formeront ensemble et fusionneront ainsi en une seule entité. »

Une combinaison des moyens maritimes

La marine allemande pourra, en effet, utiliser toute la capacité du Karel Doorman dès 2018. De l’autre côté, les 800 hommes (et femmes) du bataillon maritime allemand de Eckernförde, spécialisé dans la protection des navires et les évacuations seront intégrés dans la marine néerlandaise. « Nous innovons en termes de l’intégration des forces armées en Europe. » (lire aussi :  Rapprochement maritime germano-néerlandais).

Des avantages réciproques à ouvrir à d’autres

Ce partenariat « offre des avantages significatifs à nos pays — a renchéri Jeannine Hennis-Plasschaert —. Nous augmentons la capacité de déploiement, partageons des connaissances et augmentons notre impact. Je pense que nous pouvons collaborer avec d’autres partenaires à l’avenir dans ce domaine ». Un appel du pied aux Belges notamment (avec qui les Néerlandais ont partagé une partie de leur marine) mais aussi des Danois.

Une division blindée multinationale en 2021

Les deux pays avaient déjà annoncé la création d’une unité commune terrestre. Ils poursuivent aujourd’hui par la marine. Et ils ne comptent pas s’arrêter là. « Notre objectif est beaucoup plus grand » a confirmé Ursula von der Leyen. « Nous voulons mettre en place une division blindées multinationale l’année prochaine. » L’objectif est d’atteindre une unité pouvant aller « jusqu’à 20.000 soldats », qui devrait être opérationnelle « en 2021 », a-t-elle ajouté.

Vers une Union européenne de la défense

C’est un « excellent exemple de la construction d’une Union européenne de défense » a-t-elle ajouté employant sciemment certains termes, indiquant que loin de la théorie Berlin et La Haye, entendent bien montrer un exemple qui puisse être rejoint par d’autres. « Nous voulons que l’UE soit plus efficace » souligne-t-elle. Certes il y a des situations « où nous avons besoin les forces armées », a-t-elle conclu. Mais « la stabilisation, le processus de réconciliation et de reconstruction économique doivent (toujours) suivre les opérations militaires. » L’Union européenne a un avantage qualitatif sur ce point, selon von der Leyen : sa capacité « à combiner le civil et le militaire ».

Commentaire : cet accord illustre les deux faces d’une même situation. D’un côté, une certaine gabegie dans les dépenses de défense en Europe. La construction du Karel Doorman a été conçue sans vrai ratio investissement/fonctionnement/utilité. Résultat : un navire qui a coûté cher et risquait d’être totalement sous-employé. De l’autre, un rapprochement nécessaire entre deux forces complémentaires qui devrait engendrer d’autres rapprochements. Au moment où certains budgets de défense repartent à la hausse, il importe de ne pas refaire les erreurs du passé : de dépenser sans prévoir les conditions et possibilités d’engagement, sans réfléchir, et de dupliquer les ressources qu’a déjà le voisin en ne comblant pas les lacunes cependant constatées par tous. Le pire est possible. Mais Berlin et La Haye nous montrent que d’autres voies sont possibles. Maintenant, il faudra voir comment ce rapprochement politique se concrétisera lors des engagements opérationnels.

(Nicolas Gros-Verheyde)


Fous rires

Au-delà des mots, il y avait indéniablement entre les deux femmes, une vraie complicité, des éclats de rire. Passée la traditionnelle revue des troupes, assurée avec le sérieux, les deux femmes ont été tous sourires, se trompant de parapheur à signer, puis s’interrogeant ensuite — « nous allons où maintenant ».

UrsulaJeanineKarelDoorman 160204_757