121 personnes récupérées en mer de Libye par le Ludswighagen. Un blessé léger évacué sur le Cavour

Départ du Ludswighahen par RHIIB direction : le Numancia (crédit : Etat-Major espagnol)
Départ du Ludswighahen par RHIIB direction : le Numancia (crédit : Etat-Major espagnol)

(B2) Un migrant, récupéré il y a quelques jours en mer au large de la Libye par la corvette allemande ‘Ludwigshafen‘, a dû soigné sur le navire amiral de l’opération de lutte contre les trafiquants en mer Méditerranée (EUNAVFOR MED / Ops Sophia), le Cavour. Il souffrait d’une fracture à la cheville gauche.

Vers l’hôpital de bord du Cavour

Le migrant avait d’abord été récupéré par la corvette allemande ‘Ludwigshafen‘ (F-254). Mais son état nécessitait des soins rapides. La corvette allemande n’étant pas équipée pour recevoir un hélicoptère, l’homme a d’abord été évacué par mer, vers la frégate espagnole anti-aérienne ‘Numancia’ (F-83), avant d’être placé dans l’hélicoptère de bord AB-212, puis évacué sur le Cavour. Le porte-aéronef italien dispose en effet d’un hôpital de bord (le Role 2), apte à prodiguer l’ensemble des soins courants ou d’urgence.

121 migrants secourus

Cet homme fait partie des 121 migrants secourus en mer par la corvette allemande Ludwigshafen, lors de sa première journée de participation à l’opération européenne (lire : Le Cavour reprend le commandement de EUNAVFOR Med. Rotations espagnole et allemande). C’est un avion luxembourgeois, Seagull Merlin III, qui avait lancé l’alerte jeudi (28 janvier) au matin. Il avait repéré deux canots pneumatiques en détresse « dans les eaux internationales au nord de la côte libyenne » selon le QG d’EUNAVFOR Med. L’information, « immédiatement transmise » au commandement de la force (FHQ), embarqué sur le porte-avions italien Cavour, a été répercutée sur le Centre italien de coordination du sauvetage maritime (MRCC). De façon formelle, c’est lui qui a demandé à la corvette allemande d’intervenir (1). Après été mis au sec, à bord du Ludwigshafen, les migrants ou/et réfugiés ont ensuite été transférés à bord d’un navire de la marine italienne, qui opère dans l’opération Mare Sicuro (2), pour être réapatriés à terre.

(NGV)

(1) C’est la procédure habituelle, les moyens européens sur la zone se coordonnant étroitement (pour le sauvetage en mer) avec le centre italien qui a, toujours, la responsabilité du sauvetage en mer dans la zone. En revanche, pour toute l’action de lutte contre les trafiquants et de surveillance, l’opération EUNAVFOR Med garde une autonomie opérationnelle (en haute mer).

(2) opération de sécurisation similaire à l’opération européenne, mais sous mandat italien