Le Burkina Faso à son tour frappé par le terrorisme. Plusieurs victimes européennes (Maj2)

(crédit : DICOD / EMA)
(crédit : DICOD / EMA)

(B2) L’attaque perpétrée à Ouagadougou (Burkina-Faso) contre plusieurs bars et restaurants fréquentés par les expatriés (le Taxi Brousse et le Cappuccino), et l’Hotel Splendid, vendredi soir (15 janvier) a fait au moins 29 morts, dont plusieurs Burkinabais (8 selon un premier bilan)

Parmi les victimes étrangères (*) :

  • trois Français (selon le Quai d’Orsay). Deux travaillaient pour la même société, Scales, de Saint-Ouen l’Aumône (lire sur 20 minutes). Ainsi que la photographe franco-Marocaine Leila Alaoui, grièvement blessée, qui a succombé à ses blessures
  • un Portugais qui vivait en France (marié avec une Française) et travaillait également à Scales.
  • deux Suisses (l’ancien patron de la Poste Jean-Noël Rey et un ancien député du Valais Georgie Lamon, selon la RTS).
  • un Néerlandais (un homme de 67 ans, bénévole international, selon le ministère néerlandais des Affaires étrangères).
  • quatre Ukrainiens, qui appartiennent à une même famille : la femme et le fils de 9 ans du propriétaire du Cafe Cappuccino, la soeur et la mère de sa femme.
  • un Américain (un missionnaire Mike Riddering, qui travaillait à l’orphelinat Les Ailes de Refuge).
  • six Canadiens (du Québec).
  • un Libyen.

Une trentaine de personnes ont également été blessées.

Les forces de sécurité burkinabaises, épaulées par des forces spéciales françaises et un soutien américain (ISR – surveillance et renseignement), ont mené l’assaut, permettant de libérer quelque 150 otages. La police technique et scientifique et la sous direction anti-terroriste de la police nationale ont envoyé des éléments sur place pour participer à l’enquête, tout comme la Gendarmerie nationale qui a envoyé six experts de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN).

L’attentat revendiqué par le groupe de Mokhtar Belmokhtar (Al-Mourabitoune), affilié à Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) tout comme celui de l’hôtel Radisson Blu de Bamako. Une attaque « coordonnée » avec celle d’un convoi de la gendarmerie et l’enlèvement de deux ressortissant australiens dans le nord du pays » affirme le le Premier ministre burkinabais Paul Kaba Thieba lors d’une réunion extraordinaire du Conseil des ministres. Trois des attaquants de Ouagadougou sont morts sur place. Un commando qui « comprenait des femmes » affirme le Premier ministre Thieba.

« Cet attentat odieux, lâche et abject n’affectera en rien notre détermination commune à lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes » a indiqué de son côté le président malien Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) « J’exprime ma solidarité au peuple frère du BurkinaFaso et condamne avec la dernière rigueur cette barbarie innommable » a-t-il ajouté.

(NGV)

(*) Plusieurs avaient une double nationalité, d’où des comptages parfois différents

Lire sur Libération le récit des survivants

Lire aussi :

Et notre dossier N°32 :  2015 L’Europe face à une nouvelle vague de terrorisme

(Maj) dim 17.1 17h – Bilan des nationaux + déclaration du Premier ministre burkinabais – mar 19.1 – décès d’un blessé grave

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

2 pensées sur “Le Burkina Faso à son tour frappé par le terrorisme. Plusieurs victimes européennes (Maj2)

  • 17 janvier 2016 à 13:18
    Permalink

    Et combien de burkinabés? La honte vous connaissez pas! On parle de morts Bon sang! Alors pourquoi cette segregation?

    • 17 janvier 2016 à 17:19
      Permalink

      Je comprends votre indignation. Mais je ne la partage pas du dout.

      1° Nous sommes un site européen et naturellement nous intéressons au premier chef aux citoyens européens et proximité (québécois, etc.). Et force est de reconnaitre que dans cet attentat, même si des Burkinabais figurent parmi les victimes, ils n’étaient pas les principaux visés. En témoigne le lieu ciblé et le nombre de victimes étrangères.

      2° Nous prenons des informations confirmées de source quasi-officielle. Et, naturellement, nous avons de meilleures sources d’information dans les capitales européennes qu’africaines. Nous modifions cet article au fur et à mesure que nous aurons des confirmations plus précises.

      3° Nous ne faisons aucune ségrégation. Au contraire. Nous sommes bien souvent un des rares sites en Europe à mentionner toutes les nationalités mentionnées dont nous pouvons cerner avec exactitude la nationalité (pour éviter toute erreur). Prenez le paragraphe sur l’intervention des forces de sécurité, vous verrez que nous essayons de mentionner tout le monde, en premier lieu les burkinabais.

      Dans le passé, nous avons procédé ainsi. Vous constaterez que nous avons parlé tout autant des autres nationalités que ce soit après Bamako au Mali
      http://www.bruxelles2.eu/2015/03/07/attentat-a-bamako-plusieurs-victimes-europeennes/

      et à Paris, le 13 novembre. Nous avons même été un des premiers sites à recenser toutes les ‘autres’ nationalités que les seuls Français.
      http://www.bruxelles2.eu/2015/11/14/plusieurs-victimes-europeennes/

Commentaires fermés.