Attaque d’une caserne à Flawinne. Pas un acte terroriste dit le procureur

(B2) Une voiture a cherché à « forcer le passage » de l’entrée de la caserne de Flawinne. Un suspect a été arrêté. Mais selon la défense belge il ne s’agit pas d’un acte terroriste.

Passage en force du corps de garde

Cela s’est passé « vers 9 h 30, ce matin » raconte le ministre de la Défense, Steven Vandeput. Il avait le visage à moitié couvert. « Un véhicule a forcé le passage au corps de garde de la Caserne de Flawinne. La garde militaire a réagi de manière vigilante et a forcé le véhicule à s’arrêter dans le quartier. La garde militaire a tiré une dizaine de coups de semonce. Personne n’a été blessé lors de l’incident. En prenant la fuite hors de la caserne, l’intrus a, ensuite abandonné sa voiture et a continué à pied. »

Un suspect a été arrêté

La police a entamé « une poursuite de l’intrus. Un périmètre de sécurité a été immédiatement établi autour du véhicule, et dans les 20 minutes le SEDEE (Service d’enlèvement et de destruction d’engins explosifs) était sur place pour s’occuper de l’incident. » Car on soupçonnait que la voiture pouvait être piégée. Au bout de trois heures de recherches, la personne a été arrêtée et identifiée peu après. Mais précise le ministre. « Selon les dernières informations en notre possession, (…) il ne s’agirait pas d’un attentat terroriste. » Selon les informations données par le procureur, il ne figurait pas « sur les listes de personnes sous surveillance particulière ». Et parmi les raisons évoquées, on évoque « un acte isolé voire celui d’un déséquilibré ». L’homme a d’ailleurs utilisé son véhicule personnel.

Quartiers militaires en alerte

Depuis « l’attentat de Verviers », tous les quartiers militaires sont sur un niveau d’alarme 2. « Cela signifie que nous prévoyons une vigilance accrue dans tous les quartiers » ajoute-t-il.

(NGV)

(1) Cette caserne, située près de Namur, en région wallonne, abrite notamment le 2e Bataillon de Commandos qui est composé de 650 militaires (les fameux « paracommandos »). Cette unité d’infanterie légère est régulièrement engagée dans des forces multinationales. Elle constitue actuellement l’ossature du battlegroup belge pour la NRF 2016 (NATO Response Force) et vient d’ailleurs de terminer un exercice d’entraînement Active Trip.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).