L’explosion à Lyon : un attentat. François Hollande appelle à ne pas céder à la peur

© NGV / B2
© NGV / B2

(BRUXELLES2) Pour François Hollande, l’explosion survenue ce matin (10h), dans une usine de gaz industriels (Air Products) de la banlieue industrielle du sud de Lyon, à Saint-Quentin-Fallavier, est un attentat. Et cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Le président français a, aussitôt la nouvelle connue, choisi de quitter le sommet européen qui n’avait d’ailleurs plus grand sujet de débat sur la table. Mais avant de quitter Bruxelles de façon anticipée, il a tenu à faire une courte déclaration devant les journalistes pour donner des précisions sur les circonstances de l’attentat.

Un véhicule qui fonce vers une usine Seveso, 1 ou 2 auteurs.

« Cet attentat, c’est un véhicule conduit par une personne, peut-être accompagnée d’une autre, (qui) à vive allure se projette contre un établissement classé Seveso. L’intention ne fait pas de doute, c’est de provoquer une explosion. L’attaque est de nature terroriste, dès lors qu’il a été retrouvé un cadavre avec des inscriptions. » Au final, il y « aurait au moment où je vous parle », souligne le Président, « un mort et 2 blessés » (*). « L’individu suspecté d’avoir commis cet attentat a été arrêté et identifié ». Et le président d’annoncer des premières mesures. « Des moyens de gendarmerie considérables ont été déployés. Les sites Seveso ont été protégés davantage. Et toutes les dispositions sont prises pour éviter tout drame supplémentaire. » Un Conseil restreint se tiendra à l’Elysée à 15h30.

La solidarité européenne

« Dans ces moments, il faut avoir une expression de solidarité à l’égard de la victime » a ajouté le président français.  « La solidarité s’est aussi exprimée ce matin au Conseil européen ». Mais François Hollande a aussi abjuré chacun de ne pas céder à l’émotion et à la peur.

Ne pas céder à l’émotion et à la peur

« Il y a une émotion. Mais l’émotion ne peut pas être la seule réponse. Il y a l’action, la dissuasion, la prévention, et donc la nécessité de porter des valeurs et de ne pas céder à la peur. Jamais ! ». Et d’ajouter « Il faut être à la hauteur de toutes les circonstances, ne pas créer de divisons inutiles, de suspicions qui seraient intolérables, faire le travail que les Français attendent de nous: les protéger, et en même temps établir la vérité, éradiquer les groupes ou individus responsables de tels actes. »

(NGV au Conseil européen)

NB : Le bilan a été revu ensuite. Il n’y a pas de blessés au sens strict du terme, estime-t-on du côté des autorités. Les circonstances aussi ont été précisées. La personne décédée est le patron de l’assaillant. Lire aussi : Un conflit de travail autant qu’un attentat ?

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).