Explosion de Lyon. Un conflit de travail autant qu’un attentat ?

(B2) Les circonstances de « l’attentat » de Lyon ont été rapidement précisées par les autorités judiciaires et le ministre de l’Intérieur.

1° La personne décédée est le patron de l’assaillant. Ce n’est donc pas un inconnu, un passant, le représentant d’une autorité ou d’un symbole ou une personnalité.

2° L’assaillant a ensuite transporté le corps dans une autre entreprise où il était connu car faisant des livraisons.

3° Il a cherché à faire sauter des bonbonnes de gaz entreposées, déclenchant une première explosion. Il n’avait donc pas de bombe avec lui. C’est au moment où il s’apprêtait à réitérer son geste qu’il a été maitrisé par les pompiers intervenus sur le site.

On serait donc davantage dans un ‘mix’ de règlement de compte que d’attentat terroriste au sens classique du terme, même si la mise en scène macabre le laisse penser.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).