Au large des côtes libyennes, les marines européennes unies pour sauver plus de 4000 migrants des eaux

Au large des côtes libyennes, les marines européennes unies pour sauver plus de 4000 migrants des eaux

Share
(crédit : Bundeswehr)

(crédit : Bundeswehr)

(BRUXELLES2) Ces dernières 36 heures en Méditerranée, les secours en mer se sont succédé à un rythme effréné.

Les différentes marines mobilisées dans la Mare Nostrum sont venues au secours d’une bonne vingtaine de bateaux, récupérant plus de 4000 migrants et réfugiés, pour la seule journée de vendredi (29 mai), le plus souvent non loin des côtes libyennes (30 ou 40 milles nautiques) ; alors que plusieurs centaines d’autres avaient déjà été récupérés jeudi (28 mai). 17 morts sont cependant à déplorer, décédés dans plusieurs petits bateaux pneumatiques bondés.

De nombreux navires de la marine italienne ont été mobilisés — la corvette Fenice (F-557), la frégate Bersagliere (F-584), le patrouilleur Bettica (P-492) — ainsi que des navires des gardes côtes mais les marines allemande, britannique, irlandaise et belge étaient aussi de la partie. Certains dans le cadre de l’opération Triton de Frontex (Allemands / Belges), les autres en bilatéral (Irlandais / Britannique).

880 personnes récupérées par le Hessen

La frégate de la marine allemande, le Hessen a successivement été engagée dans six opérations de sauvetage. Dans la matinée du 29 mai, la frégate Hessen (F-221) a été avertie par le centre italien de sauvetage en mer (MRCC) de Rome qu’un navire en détresse était signalé à environ 30 miles nautiques au nord-ouest d’Abu Kammash (Libye). 104 personnes étaient à bord d’un bateau bondé, dont 24 femmes et cinq enfants. Dans le voisinage immédiat, un autre bateau avec 103 personnes à bord ont été récupérés, dont une femme et deux enfants. Dans l’après-midi, 100 autres personnes à bord d’un bateau, dont neuf femmes et trois enfants, étaient prises en charge. L’officier de quart a alors signalé un signal de détresse. Dans ce 4e bateau, 69 personnes, dont 22 femmes, ont été récupérés. La journée n’était pas finie. Le MRCC de Rome a signalé au Hessen un cinquième bateau avec 114 personnes en détresse, dont neuf femmes. « Durant ce sauvetage – mentionne le communiqué de la Bundeswehr — un sixième bateau s’est approché. Les soldats allemands ont pris les 100 personnes à bord, dont 13 femmes et cinq enfants. Enfin, dans la soirée, la frégate Hessen est venu à la rescousse d’un bateau en bois en détresse avec 290 personnes, dont 40 femmes et 12 enfants. Au total, ce sont ainsi 880 personnes qui se sont retrouvées à bord de la frégate Hessen, dont 118 femmes et 27 enfants. Direction : un port italien pour être prises en charge par les autorités italiennes. Précisons que « toutes les embarcations de fortune ont été détruites » car « classées comme obstacle à la marine ».

370 par le HMS Bulwark de la Royal Navy

Le HMS Bulwark (L-15), avait déjà récupéré jeudi (28 mai) 369 réfugiés, dont 50 enfants, embarqués dans une coque de noix en bois, menacée d’un « naufrage imminent », au large de la côte libyenne, précise-t-on à la Royal Navy. C’est le troisième sauvetage effectué par ce navire d’assaut britannique depuis le début de sa « campagne de Méditerranée ». Les Britanniques ont mis à l’eau cinq de leurs huit péniches de débarquement – chacune convertie en bateau de sauvetage, chargée avec des gilets de sauvetage, matériel médical et fournitures d’urgence – pour aller à la rescousse des naufragés.

NB : une technique, éprouvée, de sauvetage, évite de rapprocher de trop près les gros navires pour éviter de causer un naufrage avec la houle provoquée (lire aussi : Mare nostrum, fierté italienne).

Une fois mis à l’abri dans le hangar du navire d’assaut amphibie, transformé en une « installation de réception pour les naufragés » — avec nourriture, eau, assistance médicale, vêtements propres et literie disponibles — le Bulwark est parti récupérer 368 autres migrants récupérés peu avant par la frégate allemande FGS Hessen et la corvette de la Marine irlandaise LÉ Eithne.

600 rescapés par les Irlandais

Le patrouilleur irlandaise LÉ Eithne (P-31) a mené successivement deux opérations de sauvetage pour sa première irruption en  Méditerranée : 300 migrants, qui étaient à bord d’une barge, qui se trouvait à 45 km (env. 28 milles) au nord de la Libye, dans les premières heures du matin. La veille, une alerte avait été donnée pour 5 navires en détresse e-à environ 60 km des côtes libyennes (env. 38 milles), les Irlandais du Le Eithne ont récupéré 201 personnes dans deux navires, tandis que les autres bateaux de secours se dirigeaient vers les trois navires restants.

200 secourus par les Belges

(Maj 30.5) Le Godetia (A-960), navire de la marine belge, arrivé sur zone dimanche dernier (24 mai) dans le cadre de l’opération Triton coordonné par Frontex, a pris part à sa première opération de secours, venant à la rescousse d’un bateau à la dérive avec au moins 200 migrants à bord, 195 selon l’armée belge, 250 selon Frontex, indiquent nos confrères de l’agence Belga.

(Nicolas Gros-Verheyde avec les informations des marines britannique, allemande et irlandaise)