Des « Boots on the ground » en Libye, le grand phantasme ?

Des « Boots on the ground » en Libye, le grand phantasme ?

Share
Une des peniches de débarquement du HMS Bulwark à la rescousse de migrants en mer, ce mercredi (crédit : MOD Uk)

Une des peniches de débarquement du HMS Bulwark à la rescousse de migrants en mer, ce mercredi (crédit : MOD Uk)

(BRUXELLES2) La question d’avoir une présence au sol en Libye renait à la faveur de l’opération maritime déclenchée par l’Union européenne (EUNAVFOR Med).

Le quotidien The Guardian vient de publier son analyse dans lequel il accrédite l’idée d’utilisation de forces terrestres par les Européens en le tirant de sa lecture du Concept de gestion de crises (CMC). Un point de vue que je ne partage pas. C’est vraiment tirer le bouchon un peu loin !

Tout d’abord, c’est oublier le contexte d’un tel document. Un CMC est là pour poser toute la problématique d’une opération, donner les concepts et les options possibles face à un objectif politique. Ceci est bien défini clairement. Il ne s’agit pas en tant que tel de préciser l’action militaire qui va être menée mais de définir quelles options de la PDSC répondent le mieux à l’objectif stratégique défini.

The CMC is the conceptual framework describing CSDP activity to address a particular crisis within the EU comprehensive approach. (…) The CMC defines the political strategic objectives for CSDP engagement, and provides CSDP option(s) to meet EU objectives.

Ensuite, l’objectif stratégique défini est clairement de perturber l’action des trafiquants. Face à cette nécessité, on envisage différentes actions possibles y compris au bout frapper un bateau ancré au rivage. Cela ne signifie pas automatiquement que cette action sera utilisée. Elle dépendra du mandat donné par les responsables européens (mandat qui sera inscrit dans une décision). Et l’action (militaire) stricto sensu sera enfin précisée dans le concept d’opération (Conops) ou le plan d’opération (OpPlan), avec éventuellement des conditions posées d’utilisation.

Si on se place dans un autre domaine, il ne faut pas confondre le plan d’architecte soumis au permis de construire, du permis lui-même et du plan de l’entreprise ensuite pour assurer la construction (le permis de construire ne détaille pas automatiquement toutes les couches de vernis qu’on passera sur le parquet du salon ;-).

Une action sur le rivage ne signifie pas forces terrestres

Selon notre éminent confrère britannique, le document parle de possibles opérations pour détruire les biens des trafiquants sur le rivage (to destroy smugglers’ assets “ashore). Et cela pourrait « inclure une action le long des côtes, dans les ports ou à l’ancre (contre) les moyens des trafiquants et des navires avant leur utilisation » (This could include “action along the coast, in harbour or at anchor of smugglers assets and vessels before their use”). Pour cela, nul besoin de forces terrestres. Un bon hélicoptère doté de l’armement adéquat peut faire le travail (*). C’est comme cela qu’on avait procédé en Libye en 2011. Et c’est comme cela que l’Union européenne a procédé, lors de l’opération anti-piraterie Atalanta (lire : Lutte contre les trafics d’immigration clandestine : l’inspiration « Atalanta »).

Une autorisation nécessaire

Une telle action serait d’ailleurs soumise à l’autorisation à la fois des Nations-Unies ou des autorités de Libye (voire des deux). Cette autorisation est une condition obligatoire au niveau européen. L’opération conduite par les Européens n’est pas un acte de guerre, elle s’inscrit davantage dans la légalité internationale, comme une opération de police internationale. Autrement dit, sans cette autorisation pas d’intervention. Il s’agit d’une « option possible ».

Une présence à terre ?

Enfin, de façon assez évidente, pour mener ces engagements, il faut avoir une « présence » à terre, une présence qui ne signifie pas automatiquement un engagement de forces terrestres. Cela peut être des officiers de liaison chargés de faire, des agents des forces spéciales (voir ci-dessous) ou du renseignement afin d’éviter tout simplement des dommages collatéraux. Mais, là encore, il faut avoir l’autorisation libyenne, tacite ou expresse. Durant l’opération de l’OTAN en Libye en 2011, il y avait une présence à terre, ne serait-ce que pour guider les avions. Mais tout le monde indiquait bien qu’il n’y avait pas de « boots on the ground », au sens d’intervention terrestre.

Il y a Forces spéciales et forces spéciales

Il ne faut pas aussi se leurrer sur le terme de « forces spéciales ». Ces forces sont aussi nécessaires à bord de navires pour constituer des équipes d’abordage spécialisées. Ce qu’on appelle les VPD ou équipes de protection embarquée. Une tâche souvent dévolue à des fusiliers marins (en France, aux Pays-Bas), les fameux « maros » en Italie. Ce sont des forces spéciales au sens que ce n’est pas l’équipage du navire et que ces militaires sont spécialement entraînés à faire face à toutes sortes de situation, dans un milieu aussi mouvant que l’océan ou la pleine mer. Mais ce ne sont pas nécessairement des commandos SAS qui vont être parachutés ou des plongeurs chargés de dynamiter un bateau genre super James Bond (:-). Et ce n’est parce que certaines de ces forces ne dépendent pas de la marine mais de l’armée de terre qu’une intervention à terre est prévue (**).

Essai de distraction

En tirant quelques phrases, d’un tel document comme un CMC, on peut tout inventer. Si on reprend ainsi le CMC sur l’Ukraine, on pourrait indiquer que la mission civile EUAM Ukraine pourrait comprendre des militaires, qu’elle aurait aussi pour rôle de conseiller la Garde nationale, voire de s’impliquer la réforme de la défense. Bien entendu, il n’en est rien, ou du moins, pas dans ces dispositions. En interprétant les règles d’engagement d’Atalanta, on pourrait même dire que l’opération a pour objectif de tuer les pirates puisqu’elle peut prévoir dans certaines circonstances très clairement encadrés (légitime défense, risque d’atteinte à la vie, etc.) un tir sur des suspects. Allez, un peu de sérieux !

Conclusion : Il faut faire attention à ne pas surinterpréter ce document et les possibles pistes qu’il dresse comme des certitudes, confondre le rivage et la terre, des forces terrestres et une action à terre, ou ne lire qu’un paragraphe en oubliant les autres. Il est certain qu’une action à terre permettrait d’avoir une action plus complète. Mais une action en mer permet déjà largement de perturber le trafic des contrebandiers. C’est pour cela que Federica Mogherini a pu être très claire et très ferme lors de sa conférence face à la presse : « Non, non, et non, il n’y aura pas de « boots on the ground ».

(NGV)

(*) Rappelons que selon les armées, et même les types d’engagements, ces hélicoptères peuvent appartenir à la marine ou à l’armée de terre (« land forces »). Tout comme les forces spéciales peuvent appartenir à différentes unités.

(**) Dans le même état d’esprit, certains voient une opération de débarquement terrestre tout simplement parce qu’on utilise des bateaux amphibies, ou de débarquement, dans ce type d’opération. L’utilisation de ce type de navires répond en fait à un tout autre objectif. Ils disposent généralement d’une grande capacité d’accueil ainsi que d’un ravier permettant de réceptionner des petits navires de débarquement, donc pour mettre des migrants ou réfugiés à bord, en nombre, et en toute sécurité, c’est l’idéal. De fait, ce n’est pas la faculté de débarquement qui est principalement utilisée, ici, mais celle d’embarquement. (Maj 27.5.2015)