Croates et Serbes se passent le relais dans l’Océan indien

EquipeVPDProtecMaritSerbe@Eunavfor150415(BRUXELLES2) Une équipe de protection maritime de l’armée serbe a pris le relais des militaires croates dans la protection anti-pirates du navire du Programme alimentaire mondial, le MSM Dourno.

Une présence qui devient régulière

Les Serbes ont intégré la force navale anti-piraterie de l’Union européenne (EUNAVFOR) le 7 avril dernier. Les Croates, qui avaient assuré la protection à bord dans les 4 mois précédents, ont passé 100 jours en mer et assuré 14 escortes entre la Tanzanie, le Kenya, la Somalie et Djibouti, permettant la fourniture de près de 200.000 tonnes d’aide humanitaire à la Somalie.Ce n’est pas la première fois que les Serbes participent à l’opération européen. Ils avaient déjà été engagés en décembre 2013 (lire : Des VPD Serbes de garde sur les bateaux du PAM).

Une passation symbolique

Ce qui a donné lieu à une belle série de photographies symbolique prise sur le pont du navire à Djibouti, lors de la cérémonie de passation du fanion européen, en présence des différents représentants militaires (serbe, croate, et français). Il y a presque 20 ans, les armées des deux pays étaient encore engagés dans des combats féroces, la Croatie lançant début mai une offensive pour recourir la Slavonie occupée par les forces fédérales (serbes).

Un dispositif de VPD qui a fait ses preuves

Depuis décembre 2008, et la prise en charge par l’Union européenne de la protection des navires du Programme alimentaire mondial, assurant la navette alimentaire entre Tanzanie ou Kenya et Somalie, aucun navire du PAM n’a été piraté » précise-t-on au QG d’EUNAVFOR Atalanta à Northwood. A la formule d’escorte maritime par un navire, et face au risque réel de piraterie, les Européens ont assez vite décidé de recourir à des équipes autonomes de protection embarquée sur le navire (VPD ou EPE), moins gourmandes en matériel et en hommes et tout aussi efficaces.

Plusieurs pays ont fourni ces VPD

Armées, reliées en temps réel par radio ou satellite, et pouvant compter sur un renfort dans les 24h, ces équipes ont été déployées à tour de rôle en mode « autonome » (sans assistance au large par un navire), à partir d’avril 2012 : les Néerlandais inaugurant ce mode d’action suivis de nombreux pays (Maltais, Estoniens, Lituaniens, Irlandais…) pour qui c’était souvent une manière de participer à l’opération dans l’Océan indien sans avoir automatiquement des moyens maritimes pour s’y déployer.

(NGV)

Lire aussi (sur les conditions d’engagement, etc.) : Les fusiliers marins néerlandais inaugurent le concept de aVPD

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).