Le Néerlandais pris en otage au Mali libéré par une action des forces spéciales

Le Néerlandais pris en otage au Mali libéré par une action des forces spéciales

Share
Un soldat français dans l'Adrar des Ifoghas, au nord mali (crédit : DICOD / EMA - archives B2)

Un soldat français dans l’Adrar des Ifoghas, au nord mali (crédit : DICOD / EMA – archives B2)

(BRUXELLES2) Sjaak Rijke, enlevé à Tombouctou il y a 3 ans et demi, est libre. Un communiqué du ministère français de la Défense vient de le confirmer en début d’après-midi lundi (6 avril).

Une action des forces spéciales

Une action a été menée à l’extrême nord du Mali par les forces spéciales de l’armée française, à l’aube, à 5h du matin, pour le libérer. Les soldats ont découvert Rijke par hasard, selon ce qu’a indiqué le président François Hollande, lors d’un déplacement à Izieu. « Cela été pour nos forces une surprise de pouvoir libérer cet otage. Nous n’avions pas d’information sur cet otage. Les forces spéciales menaient une opération contre un groupe terroriste, près de Tessalit » comme elles en mènent régulièrement « sur la base d’informations recueillies (et) ont neutralisé le groupe. Il y a eu plusieurs morts dans le groupe (terroriste). D’autres ont été fait prisonniers » a ajouté le président français, qui a tenu à saluer le professionnalisme des « militaires français qui, au risque de leur vie, ont réussi à libérer un otage » (voir video ci-dessous).

Mis en sécurité sur la base de Tessalit

Le citoyen néerlandais a été évacué et mis en sécurité à Tessalit, sur la base temporaire avancée de l’opération Barkhane. Il est « sain et sauf », autant qu’on peut l’être « après près de quatre ans de captivité » a précisé François Hollande. Il a été pris en charge par les représentants de l’ambassade néerlandaise et les soldats néerlandais de la Minusma. Les autorités néerlandais, la ministre de la défense, Jeanine Hennis-Plasschaert, et son homologue des Affaires étrangères, Bert Koenders, ont été avertis. « Ce sont des nouvelles fantastiques pour Jack et sa famille » s’est ainsi réjoui Bert Koenders. « Je suis heureux et soulagé que cette terrible période d’incertitude et de chagrin ait pris fin. » (voir la réaction du ministère ici, en néerlandais)

Enlevé par AQMI

Ancien cheminot, Riijke avait été enlevé le 25 novembre 2011 alors qu’il était en vacances dans la région. Sa femme qui dormait dans la tente au-dessus du land-rover avait été épargnée. Une attaque et une prise d’otages revendiquées par le mouvement malien Ansar Dine et Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI). Un Sud-Africain Stephen Malcolm et un Suédois Johan Gustafsson qui voyageait en moto avaient été enlevés dans le même temps tandis qu’un touriste allemand était tué par les attaquants. Mais aucune nouvelle des deux autres otages n’est pour l’instant parvenue.

La France déterminée à contrer les groupes terroristes

« Nous avons chassé les terroristes. Mais nous savons qu’il y en a d’autres sur les lieux. Les forces spéciales peuvent ainsi intervenir et assurer une forme de sécurité du territoire, et de neutralisation des groupes terroristes » a indiqué François Hollande. Cette libération « vient rappeler la détermination sans faille de la France à lutter contre les groupes terroristes armés dans la région du Sahel » a souligné, de son côté, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. « La France poursuivra ses actions contre-terroristes au Sahel aussi longtemps que notre sécurité sera menacée par ces groupes. Aux côtés de nos cinq alliés et partenaires dans la région, les 3000 militaires de l’opération Barkhane reçoivent ce matin le soutien et les félicitations de toute notre nation. »

(NGV)