Acte terroriste à Kharkiv

Un des blessés atteint par l'explosion de Kharkiv (extrait video témoin)
Un des blessés atteint par l’explosion de Kharkiv (extrait video témoin)

(B2) Une manifestation patriotique a tourné au drame ce dimanche (22 février) à Kharkiv, la grosse ville au nord est de l’Ukraine. Une explosion d’origine inconnue (apparemment un engin explosif jeté d’une voiture) a fait au moins 2 morts (3 morts selon d’autres indications) et une dizaine de blessés (entre 7 et 15 selon un bilan provisoire). Parmi les victimes, un policier. Les autorités ukrainiennes avaient averti à plusieurs reprises de ce risque. Plusieurs groupes « terroristes » qui s’infiltraient dans l’Ukraine ont déjà été arrêtés. Et plusieurs attentats à l’explosif avaient déjà eu lieu dans cette ville de l’Est de l’Ukraine d’autres villes. NB : le problème est que les Ukrainiens ont aussi dénommé leur opération dans l’est de l’Ukraine, « opération anti-terroriste » (ATO). Ce qui ne correspond pas à la réalité. Ce qui se passe dans l’est de l’Ukraine est davantage la marque d’un conflit armé (intérieur, avec le soutien d’un pays extérieur).

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).