La Commission s’emmêle le stylo sur sa « Communication » défense !

Effaceur(BRUXELLES2) Le communiqué de la Commission annonçant la nomination de Michel Barnier comme « conseiller spécial pour la politique de défense et de sécurité européenne » auprès du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker est un régal … d’erreurs. 

En une phrase, il rassemble une série d’approximations, pour le moins inattendues pour un tel sujet, et qui vaudrait un « 0 » immédiat à tout étudiant en classe européenne. On y apprend en effet que Michel Barnier a supervisé une « Communication sur les marchés européens de défense (oh !) présentée par la Commission en Septembre 2014 (oh oh !) au Conseil européen (ah bon !) ». (télécharger ici).

Un Conseil européen… des ministres !

En fait de Conseil européen, ce n’est pas un sommet de chefs d’Etat et de gouvernement que veut mentionner la Commission mais un conseil des ministres de la Compétitivité (*). Et ce n’est pas vraiment le lieu d’ailleurs où s’est fait l’essentiel du débat sur la communication Défense de la Commission.

Une communication, quelle communication ?

Cette « communication » n’a d’ailleurs pas été adoptée en 2014, mais en juillet 2013 et présentée aux ministres, dans plusieurs formats à l’automne de la même année (Compétitivité en septembre, Défense en novembre). Ce document a d’ailleursconstitué la « contribution » de la Commission au Conseil européen de décembre 2013.

Des marchés de défense ou une politique industrielle de défense

Ce document dépassait d’ailleurs le cadre strict des « marchés de défense », une précision qui n’est pas que scripturale. Dénommée « Vers un secteur de la défense et de la sécurité plus compétitif et plus efficace« , son ambition était bien d’avoir une stratégie de défense pour la politique, de créer une politique industrielle de défense, et non pas seulement de s’en tenir à l’approche « marchés ». C’est d’ailleurs ce qui a suscité débat et polémiques, tant au sein de la Commission qu’au sein des Chefs d’Etat et de gouvernement. Rappelez-vous David Cameron qui dénonçait le fait que la Commission veuille gérer une flotte de drones… (lire : David Cameron sonne la charge (héroïque)).

Feuille de route ou communication

Cette communication a donné lieu ensuite à un rapport de mise en oeuvre, une « feuille de route », adoptée par la Commission en juin 2014. Schéma assez classique au sein de l’institution européenne qui adopte un document politique puis le décline en un plan d’actions plus concret. C’est ce rapport qui a, ensuite, été présenté au conseil des ministres européens de la Compétitivité le 25 septembre 2014 (ce dont sans doute visait le communiqué) non comme un sujet principal. Cette présentation n’a pas vraiment débouché sur de grandes considérations (ce n’est pas d’ailleurs le rôle du rapport). Les conclusions du Conseil classent d’ailleurs ce rapport dans les « any others business » et y consacrent à peine quelques lignes, très simples :

  • The Council took note of a presentation by the Commission of the report « A New Deal for European Defence » (11358/14), which establishes a roadmap for the activities set out in the communication « Towards a more competitive and efficient defence and security sector » (12773/13).

Tout cela, ce sont des détails. Mais c’est un peu gênant pour une institution réputée sérieuse et qui n’hésite pas à se faire la donneuse de leçons. Finalement Cameron avait peut-être raison de ne pas vouloir donner le gouvernail sur la défense à la Commission. Imaginez un pilotage de drones avec le même taux d’erreurs. Et on se retrouverait à bombarder l’Alaska ou Canterbury 😉 voire à espionner la reine en train de chasser les moustiques dans sa demeure d’été. Damned !

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi sur le Club : Michel Barnier revient comme « pilier » Défense pour la Commission Juncker

(*) Un collègue charitable a signalé ce petit « malentendu technique » (pour être diplomatique) de façon très aimable à la Commission européenne. Celle-ci ne l’a même pas remercié s’entêtant à affirmer que, bien sûr, il y avait eu un Conseil européen, en septembre ! Aucune correction n’a été apportée. Le communiqué que j’ai téléchargé, en fin d’après-midi aujourd’hui, en témoigne.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Une pensée sur “La Commission s’emmêle le stylo sur sa « Communication » défense !

  • 19 février 2015 à 11:04
    Permalink

    On fera également observer au porte-parole de la Commission qu’en langue française, les noms de mois ne prennent pas de majuscule ; donc PAS ‘Septembre 2014’.

Commentaires fermés.