La Belgique point d’appui pour le réseau Kouachi-Coulibaly ? (Maj2)

La Belgique point d’appui pour le réseau Kouachi-Coulibaly ? (Maj2)

Share
La police belge est sur les dents. Ici, un véhicule "suspect" immatriculé en France a été stoppé par des policiers en civil belges pour contrôle d'identité mardi (© NGV / B2)

La police belge est sur les dents. Ici, un véhicule « suspect » immatriculé en France a été stoppé par des policiers en civil belges pour contrôle d’identité mardi alors qu’il circulait dans le quartier européen en direction d’Ixelles (© NGV / B2)

(BRUXELLES2) Les frères Kouachi et Coulibaly se seraient fournis en armes en Belgique. L’information esquissée par le média en ligne Médiapart a été complétée mardi et mercredi (13 et 14 janvier) par le quotidien belge Dernière heure. Selon nos confrères belges, « le fusil-mitrailleur de type Scorpio (*) que possédait Amedy Coulibaly lors de la prise d’otages de la Porte de Vincennes vient de Bruxelles ». Cette arme a été utilisée par Coulibaly lors de l’attaque de l’hypercacher de Vincences, selon le procureur de Paris, notamment quand il a tenté une sortie contre la police. Autre information : « la Kalachnikov et le lance-roquettes utilisés par les frères Kouachi ont été achetés par Coulibaly aux alentours de la gare du Midi, à Bruxelles, pour moins de 5.000 € ».

Arrestation à Charleroi

Un habitant de Charleroi (un Carolo) a d’ailleurs été arrêté, mardi (13 janvier) par la police de Charleroi. L’homme, déjà « connu de la Justice pour divers petits trafics s’est présenté (de lui-même) à la police fédérale de Charleroi ». « Visiblement apeuré – d’après nos confrères de la DH -, l’intéressé a déclaré avoir eu contact avec Amedy Coulibaly qui désirait se procurer une voiture. Ne connaissant pas les intentions du terroriste, le trafiquant carolo aurait entrepris de le rouler dans la farine en l’escroquant lors de la transaction. Après perquisition au domicile de l’intéressé, les policiers ont « trouvé des papiers prouvant un marchandage relatif au véhicule. Mais ils ont aussi mis la main sur d’autres documents » (qui) faisaient état de négociations entre Coulibaly et le suspect carolo à propos d’armes et de munitions. Parmi celles-ci figurerait un Tokarev 7.62 » comme celui utilisé à Paris.

Belgique, point de fourniture

Apparemment, la Belgique était un lieu courant pour la bande Coulibaly-Kouachi. Les enquêteurs de Mediapart le révélaient, dimanche. Pour préparer l’évasion de la prison de Clairvaux de deux repris de justice, notamment Smaïn Aït Ali Belkacem (un des principaux responsables de la vague d’attentats commis en France en 1995 attribués au GIA), « le réseau n’a pas ménagé sa peine pour acheter des armes en Belgique ». Un mot manuscrit a été trouvé chez un membre de la cellule, adressé à un complice. Il signalait : “On a besoin de deux kalachs, de deux calibres, dix grenades. Essaye de faire au plus vite car on en a besoin. C’est à toi de parler avec le frère qui vend les armes. Mon frère ne connaît rien, alors négocie un prix bas”. 

Des terroristes qui viennent faire leur marché en Belgique n’est pas une nouveauté. Dans les années 1990, notamment la police belge avait mis à jour des cellules logistiques du GIA – le groupe islamiste armé auquel est lié indirectement Coulibaly -, chargés d’accueillir des militants du GIA, d’acheter du matériel, des armes. Une dizaine de militants chargés du trafic d’armes, dont Ahmed Zaoui, avaient été arrêtés en mars 1995, rapporte alors le Soir. En 1998, c’est Farid Melouk, impliqué dans les attentats du RER, qui avait été arrêté en train de transporter des explosifs.

(NGV)

(*) Plutôt Skorpion, pistolet mitrailleur d’origine tchèque, rendu célèbre par les Brigades rouges et largement répandu dans les conflits en ex-Yougoslavie (une version sous licence était fabriquée par l’usine yougoslave puis serbe de Zastava). Il a ainsi été utilisé par le gang de Roubaix, bande criminelle du nord de la France, dont certains membres avaient été formés par les talibans afghans et reliée à Al Qaida, lors de ses actions début 1996. Mais selon nos lecteurs, plus pointus dans les armes, ce pistolet mitrailleur n’est pas un Skorpion.

(Mis à jour – 15.1 avec des éléments nouveaux – l’arrestation d’un homme à Charleroi – et les détails sur l’armement)