Un labo belge contre Ebola en Guinée

Bfast(BRUXELLES2) Le ministère belge des Affaires étrangères l’a confirmé ce soir. Un laboratoire mobile de B-Fast (l’aide humanitaire belge) va bien être déployé en Guinée pour lutter contre la propagation du virus Ebola. Le conseil des ministres a approuvé vendredi (5 décembre), le déploiement après avoir « reçu de la France les assurances qu’il attendait pour assurer la sécurité de l’équipe belge ». Il sera « déployé dans les semaines qui viennent », précisent les Affaires étrangères, pour une période « d’un mois, renouvelable après évaluation préalable ».

Un labo mis au point avec l’agence spatiale européenne

Ce laboratoire mobile B-Life a été mis au point par la Défense, l’Université catholique de Louvain et l’Agence spatiale européenne. Il est doté de capacités de communication et permet d’analyser des échantillons sanguins au plus près de la zone touchée par l’épidémie. « B-FAST sera responsable du soutien logistique sur place avec une cellule de la Défense et du SPF (ministère) Intérieur ». La Commission européenne finance le transport de l’unité mobile jusqu’à Nzérékoré dans le cadre du Mécanisme de Protection civile de l’UE.

Une demande de la France

La Belgique répond ainsi à une demande du gouvernement français qui assure le rôle de nation cadre (« lead nation ») sur la Guinée pour la coordination des secours contre Ebola. Le Royaume-Uni assurant ce rôle de coordination pour le Sierra Leone et les Etats-Unis pour le Liberia. Ainsi que le précisait récemment le ministre de la Défense, Steven Vandeput, devant les députés, le gouvernement a décidé de « s’associer aux projets globaux », particulièrement avec la France, avec qui « nous entretenons des contacts étroits ». La Belgique a aussi décidé de fournir des véhicules tout-terrain de capacité moyenne pour assurer les transports médicaux. Une quinzaine de véhicules de type Unimog ont été mis à disposition de la protection civile guinéenne à Conakry.

(NGV)

Lire aussi :