La Hongrie ne compte pas augmenter son contingent dans la KFOR

camp hongrois de la Kfor (crédit : Ministère hongrois de la Défense)
camp hongrois de la Kfor (crédit : Ministère hongrois de la Défense / Tünde Racz)

(B2) « La Hongrie n’a pas l’intention de renforcer le contingent militaire hongrois qui sert aujourd’hui dans la KFOR au Kosovo », a annoncé le ministre de la Défense, Csaba Hende, vendredi (14 novembre), à Pristina, devant les soldats hongrois servant dans la KFOR. « Ses capacités ont été augmentées de façon significative récemment, avec 150 soldats supplémentaires » a-t-il ajouté à l’occasion de ce déplacement destiné à visiter les forces hongroises déployées dans les Balkans.

La Hongrie contribue, en effet, à hauteur d’environ 350 militaires dans l’opération de l’OTAN au Kosovo et 150 hommes à l’opération européenne EUFOR Althea en Bosnie-Herzégovine. Un effort notable pour le ministre. « La stabilité des Balkans occidentaux est dans l’intérêt national de la Hongrie ». Plus de deux tiers des effectifs hongrois déployés en opérations extérieures — il y a 700 soldats environ en OPEX — servent ainsi dans les deux pays de la région (NB : la Hongrie a reconnu l’indépendance du Kosovo contrairement à ses deux voisins, slovaque et roumain).

Autre nouvelle annoncée par le ministre, le contingent hongrois servant au Kosovo devrait aussi recevoir  prochainement (en décembre), 12 véhicules, de type Humvee, rénovés. Un reliquat de l’armée américaine qui va céder ces véhicules tout-terrain blindés aux forces hongroises. Cela permettra d’augmenter « de manière significative l’efficacité des patrouilles de présence menées par (nos) forces » précise-t-on au ministère de la Défense.

La visite du ministre s’est poursuivie, samedi, avec la visite du groupement tactique multinational – Est (MNBG-E), le poste de commandement avancé de  au Camp de Novo Selo, et le Camp de Nothing Hill, où nombre de soldats présents ont servi auparavant en Afghanistan. Elle a été suivie, ensuite, en BosnieHerzégovine, d’une visite du camp Butmir, siège de l’opération EUFOR Atlhea.

(NGV)