Les avions russes font ciel unique…

AvionRusseCielEuropéen2@OTAN1410(BRUXELLES2) L’irruption de bombardiers et d’avions militaires russes, dans le ciel européen, sans déposer de plan de vol préalable, semble « tendance », à en croire les spécialistes militaires de l’OTAN. Le quartier général des forces en Europe (Shape) a ainsi diffusé mercredi soir (29 octobre) un communiqué — fait plutôt inhabituel hors période d’opération — pour alerter l’opinion publique européenne sur ce fait.

4 groupes d’avions au-dessus de l’Europe

L’OTAN « a détecté et suivi quatre groupes d’avions militaires russes effectuent des manœuvres militaires significatives dans l’espace aérien européen au-dessus de la mer Baltique, de la mer du Nord, de l’Océan Atlantique, et de la mer Noire les 28 et 29 octobre » indique le communiqué (voir le détail ci-dessous – en anglais).

Activité triplée en 2014

Ce qui « représente un niveau inhabituel de l’activité aérienne dans l’espace aérien européen » jure l’Alliance atlantique. De façon générale, ajoute-t-elle, l’année 2014 a été marquée par une activité plus intense que d’ordinaire. L’OTAN a mené « plus de 100 interceptions d’avions russes en 2014 à ce jour », soit trois fois plus que ce qui avait été effectué en 2013.

Les brouillages et interceptions « sont une procédure normale quand un avion inconnu se rapproche de l’espace aérien de l’OTAN » précise-t-on au Shape. Mais ces vols représentent un « risque potentiel pour l’aviation civile ; l’armée russe ne dépose pas souvent des plans de vol et n’utilise pas leurs transpondeurs à bord. Ce qui ne permet pas alors au contrôle aérien civil de détecter ces avions ni de s’assurer qu’il n’y ait pas d’interférence avec la circulation aérienne civile ».

Commentaire : l’objectif recherché par les Russes est triple à mon sens. D’une part, marquer la présence russe, tester le système de réaction des différents pays occidentaux. D’autre part, diversifier l’attention, faire que la sortie d’un avion pour surveillance devienne de la routine, de la normalité, « jouer avec les nerfs », et pourquoi provoquer un moment un « incident ». Pour l’OTAN, il ne faut pas le nier non plus, ce genre de communications permet de démontrer sa faculté de réponse aérienne et sa volonté de « réassurer » ses alliés de l’Est.

Enfin, il y a là un aspect économique et capacitaire, souvent négligé dans les commentaires. On assiste ainsi à une volonté d’épuisement de la chasse adverse, une sorte de course inversée aux armements. La Russie sachant les capacités européennes finalement assez limitée, entraîne ainsi une sortie plus importante des avions, une rotation plus importante des révisions mécaniques, des coûts plus importants, et au final une augmentation de dépenses pour des pays européens déjà au plus serré budgétairement. Rien que la surveillance de l’air des pays baltes mobilise 3 fois plus d’avions qu’en temps ordinaire qui font beaucoup plus de sorties. L’addition sera salée…

(NGV)

Eight Russian Aircraft Intercepted over North Sea / Atlantic Ocean on 29 October 2014

At approximately 3:00 a.m. CET on 29 October, NATO radars detected and tracked eight Russian aircraft flying in formation over the North Sea. F-16 aircraft from the Royal Norwegian air Force were scrambled, intercepted and identified the Russian aircraft, which included four Tu-95 Bear H strategic bombers and four Il-78 tanker aircraft. The formation flew from mainland Russia over the Norwegian Sea in international airspace.  Six of the Russian aircraft then turned back to the north-east towards Russia, while two Tu-95 Bear H bombers continued south-west, parallel to the Norwegian coast, heading to the south-west. The Russian aircraft continued over the North Sea, and  Typhoon fighters from the United Kingdom were scrambled in response.  While over the Atlantic Ocean west of Portugal, the two Russian aircraft were intercepted and identified by F-16s from the Portuguese Air Force. The Russian aircraft turned back heading north-east, flying to the west of the United Kingdom. NATO aircraft from the United Kingdom and Norway were standing by and NATO assets on the ground and in the air tracked the Russian aircraft throughout. At present, the two Tu-95 bombers appear headed back to Russia, but as of 4 p.m. CET the aircraft were still airborne.

The bomber and tanker aircraft from Russia did not file flight plans or maintain radio contact with civilian air traffic control authorities and they were not using on-board transponders. This poses a potential risk to civil aviation as civilian air traffic control cannot detect these aircraft or ensure there is no interference with civilian air traffic.

Four Russian Aircraft Intercepted over Black Sea on 29 October 2014

During the afternoon of 29 October, NATO radars detected and tracked four Russian aircraft flying over the Black Sea in international air space, including 2 Tu-95 Bear-H bombers and 2 Su-27 Flanker fighter jets.  Fighters from the Turkish Air Force have intercepted the Russian aircraft and NATO is continuing to track them in international airspace.  As of 4 p.m. CET the aircraft were still airborne.

Multiple Russian Aircraft Intercepted over Baltic Sea on 29 October 2014

During the afternoon of 29 October, NATO radars detected and tracked a number Russian aircraft flying over the Baltic Sea in international airspace, including 2x MiG-31 Foxhound, 2x Su-34 Fullback, 1x Su-27 Flanker and 2x Su-24 Fencer jets.  Portuguese F-16 Fighters assigned to the Baltic Air Policing Mission were scrambled in response and the Russian aircraft returned to Russian airspace.

Seven Russian Fighter Jets Also Intercepted on 28 October 2014

During the afternoon of 28 October, NATO radars detected and tracked seven Russian combat aircraft flying in international airspace over the Baltic Sea.  The aircraft were detected at approximately 2:30 p.m. CET on 28 October and included 2x MiG-31 Foxhound, 2x Su-34 Fullback, 1x Su-27 Flanker and 2x Su-24 Fencer jets.

The Russian aircraft were flying in the Gulf of Finland and were intercepted by German Typhoon fighter jets from NATO’s Baltic Air Policing Mission in order to identify the aircraft and protect Allied air space.  The Russian aircraft continued into the Baltic Sea and were subsequently intercepted by Allied fighters from Denmark as well as fighters from Finland and Sweden, which are not members of NATO.  The Russian fighters continued to the Kaliningrad Oblast.  The Russian aircraft had filed a flight plan with air traffic control authorities, were using transponders, but did not maintain radio contact with civilian air traffic control.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Une réflexion sur “Les avions russes font ciel unique…

  • 31 octobre 2014 à 09:19
    Permalien

    Il s’agit à chaque fois non d’espace aérien européen mais d’espace aérien international pour lequel il n’y a aucune obligation de poser un plan de vol et qui est ouvert à tous; Les interceptions sont conduites par l’OTAN qui veut ainsi prouver sa capacité à réagir mais cela ne coûte pas plus cher et est décompté dans l’entrainement habituel ( à part le frais liés au déploiement éventuel de personnel comme dans les pays Pays Baltes mais rien pour la Turquie et la Norvège) et apporte plus de réalisme…
    Ces interceptions étaient routinières du temps de la guerre froide; On assiste plutôt à une tentative de remontée en puissance des capacités aériennes russes qui plus de 20 ans après tentent de retrouver le niveau opérationnel de l’URSS. Il faut aussi noter que les avions utilisés datent des années 60! ils ne représentent aujourd’hui aucune menace crédible face aux moyens aériens de l’OTAN

Commentaires fermés.