Le Jean Bart retrouve son grand frère USS Bush dans le Golfe

L'USS Bush escorté par la frégate Jean Bart au loin en avril 2014 (crédit : U.S. Navy)
L’USS Bush escorté par la frégate Jean Bart au loin en avril 2014 (crédit : U.S. Navy)

(B2) La frégate anti-aérienne Jean Bart (D-615) a appareillé de Toulon, lundi (6 octobre), pour rejoindre le golfe arabo-persique et l’opération « Chammal » (anti-état islamique – Daech). La frégate « participera, en lien étroit avec nos alliés, au contrôle aérien de l’ensemble des moyens présents sur zone » précise l’Etat-major des armées. Cela participe du renforcement des moyens décidés par le président de la République lors du dernier conseil restreint de Défense.

Le choix de cette frégate n’est pas inopiné. L’Océan indien, les marins du Jean Bart le connaissent bien. De février à mai dernier, la frégate était déployée dans le cadre de l’opération Enduring Freedom pour lutter contre le terrorisme et les trafics illicites dans la zone océan Indien. Et, durant une dizaine de jours, elle avait été intégrée au groupe aéronaval américain constitué autour du porte-avions USS George Bush (CVN-77), qui est toujours présent dans la zone et sert de point central maritime aux forces alliées. Le destroyer britannique HMS Defender a également été détaché auprès de lui.

Lire aussi : 2 Tornado et 3 Rafale de plus dans les frappes contre l’EEIL

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).