Crash de deux tornados italiens en formation. Equipage perdu

la zone boisée où a eu lieu l'accident - crédit : @oiramdivito
la zone boisée où a eu lieu l’accident – crédit : @oiramdivito

(BRUXELLES2) L’armée de l’air italienne a perdu deux avions Tornado, qui se sont écrasés mardi après-midi (19 août), dans les Marches, près de Ascoli Piceno, après être entré en collision. Les recherches ont continué toute la journée sans espoir de retrouver des survivants.

Recherches rendues difficiles

Dès les premières heures de l’aube, ce mercredi matin, les hélicoptères de sauvetage de l’armée de l’air ont ainsi décollé de la base aérienne d’Amendola (Foggia), précise-t-on du côté de l’Etat-major des armées italiennes. Ils se sont joints au drone Predator,pour participer aux actions de reconnaissance de la zone du sinistre, alors que les recherches sont menées à terre par les équipes du secours alpin du Corps forestier. Les recherches ne sont pas facilitées par l’incendie qui s’est déclenché dans la zone boisée où le crash s’est produit.

Peu d’espoirs

Mais les espoirs de retrouver un survivant sont très faibles voire quasi nulles. « Nous excluons que les pilotes portés disparus soient encore en vie » a expliqué un officier des carabinieri, interrogé par nos confrères du quotidien régional Resto del Carlino. Deux corps avaient déjà été retrouvés ou du moins localisés dans la journée. A bord des deux avions, se trouvaient – selon le communiqué des armées – les capitaines pilotes Mariangela Valentini et Alessandro Dotto, et les capitaines navigateurs Giuseppe Palminteri et Piero Paolo Franzese. C’est la « première fois qu’une femme militaire est tuée en service » a précisé la ministre de la Défense, Roberta Pinotti, visiblement émue d’après nos confrères italiens, devant les commissions des Affaires étrangères et de la Défense de la Chambre et du Sénat aujourd’hui (lire la Repubblica).

Une mission de formation

Les deux Tornado avait décollé mardi de la base de Ghedi, dans la province de Brescia, pour une mission de formation, en vue d’un exercice de l’OTAN prévu pour l’automne prochain. Ils sont entrés en collision pour une raison encore inconnue. Des débris ont atteint des maisons et détruit une voiture selon les premiers éléments de l’enquête. D’ores et déjà le procureur en chef a ouvert une information judiciaire pour homicide involontaire. Et le substitut du procureur Umberto Monti est descendu sur les lieux. De son côté, le procureur militaire de Vérone (dont dépend la base de Ghedi) a également entamé une procédure identique. Une commission d’enquête a été mise en place pour faire la lumière sur cet incident.

(Nicolas Gros-Verheyde)