Vers un génocide au Sud Soudan ? Le représentant spécial de l’UE sonne l’alerte

Vers un génocide au Sud Soudan ? Le représentant spécial de l’UE sonne l’alerte

Share
Casques bleus de la mission UNMISS lors des commémorations du génocide du Rwanda le 7 avril 2014 (Crédit : UNMISS)

Casques bleus de la MINUSS lors des commémorations du génocide du Rwanda au Sud Soudan le 7 avril 2014 (Crédit : MINUSS)

(BRUXELLES2) « Tous les ingrédients conduisant à un génocide sont là » affirme Alexander Rondos, représentant spécial de l’Union européenne pour la Corne de l’Afrique dans un communiqué reçu par B2. La situation au Sud Soudan a « atteint un tel niveau que la priorité est maintenant d’arrêter l’escalade de la violence » assure t-il. « Cette crise risque de devenir un conflit ethnique, des centaines de milliers de personnes fuient dans des blocs ethniques ayant peur d’être pris pour cible dans ce qui devient un massacre systématique généralisé et constant ».

Un appel au dialogue 

Le représentant spécial de l’UE appelle le chef des rebelles Riek Machar et le President Salva Kirr à se rencontrer « bientôt » sous les auspices de l’IGAD (Autorité intergouvernementale pour le développement – qui réunit sept pays de l’est de l’Afrique) et à faire « tous les gestes pour changer l’atmosphère dans le pays, (…) arrêter tous  les combats et cesser toutes les offenses militaires ».

L’IGAD prête à fournir une force 

  L’IGAD est prête à « fournir une force qui puisse se mouvoir rapidement et avec des composants séparés, pour dissuader les gens de se battre et protéger les personnes, assister dans le cas où la cessation des hostilités est violée » indique le représentant spécial. Il en est certain. La communauté internationale agira en soutien. « La communauté internationale et certains de leurs voisins ne seront pas tolérer cet état de choses longtemps. »  Il prend en exemple le vote par l’ONU de l’augmentation de la force de maintien de la paix de la MINUSS à 12.500 soldats.

(Loreline Merelle)