Centrafrique. Le meurtre dans un hôpital alarme l’UE

(BRUXELLES2) Les portes-paroles de Catherine Ashton, Haute représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et de Kristalina Georgieva, commissaire chargée à l’aide humanitaire ont condamné « fermement » lundi 28 avril le meurtre en République centrafricaine de seize civils non armés, dont trois « travailleurs humanitaires » — des employés locaux de l’ONG Médecins sans frontières — dans un hôpital de Nanga Boguila, à 450 km de Bangui, ainsi que le meurtre d’un travailleur humanitaire dans un autre incident à Bangui. « Tous les acteurs étatiques et non étatiques doivent respecter les droits de l’homme et le droit humanitaire », soulignent-ils, demandant « instamment à tous les groupes armés de cesser les attaques violentes contre la population et d’assurer un accès immédiat, sans entrave et en toute sécurité aux organisations humanitaires ». L’organisation MSF a directement mis en cause les combattants et militaires de l’ex-coalition Seleka et a suspendu ses activités à Boguilla.

(Loreline Merelle)

Télécharger la déclaration conjointe (en français)

Loreline Merelle

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise