Le message de la Commission à François Hollande : les entreprises et le déficit, point.

(BRUXELLES2) Interrogé lors du point de presse de midi sur la leçon des municipales par un confrère, le porte-parole de la Commission a eu ce message à l’adresse de François Hollande et du nouveau gouvernement français, l’incitant à ne pas relâcher les efforts. « Il faut accélérer sur les réformes structurelles pour rendre plus compétitives les entreprises françaises, grandes et petites, pour améliorer la capacité de faire de l’emploi. Et continuer le processus engagé pour assurer la stabilité des finances publiques » a ainsi précisé Simon O’Connor, le porte-parole de Olli Rehn, le commissaire chargé de l’Economie.

Voulant en savoir plus, je lui ai demandé si ce n’était pas un peu court comme réponse. Alors que s’engage la campagne des élections européennes, n’avoir que le mot « compétitivité » et « réduction du déficit » à la bouche est-il porteur de sens ? N’y-a-t-il pas un autre message intelligible pour les citoyens. Le porte-parole n’en a pas démordu. « La question est d’avoir des entreprises compétitives capables de créer de l’emploi, capables d’attirer des investissements, de créer de l’innovation et d’avoir une administration publique plus favorable aux investissements » a-t-il confirmé, ajoutant que « les entreprises françaises n’étaient pas compétitives et avaient malheureusement perdu de la compétitivité ».

Au moins, c’est clair ! Et le nouveau Premier ministre français, Manuel Valls, est averti. Priorité aux entreprises et à la réduction du déficit. Le reste attendra les Européennes. Avec un tel programme, la Commission européenne est en train de pousser les feux du Front national…