En RCA, l’UE a manqué à ses engagements (Ban Ki Moon)

(BRUXELLES2) Le rappel à l’ordre du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, sur la Rép. Centrafricaine est, à mon sens passé assez inaperçu. Il est vrai que c’était à Brazzaville la semaine dernière, en plein sommet européen consacré à l’Ukraine. Tous les regards européens étaient tournés vers l’est, la Russie et la Crimée. Il est vrai aussi que ce message a été délivré à Brazzaville par Babacar Gaye, le représentant spécial du Secrétaire général, chef du BINUCA (le bureau des Nations-unies pour la Centrafrique). Mais il mérite une mention particulière.

L’Europe n’a pas tenu son engagement

Car c’est une des rares fois – de mémoire – où un secrétaire général de l’ONU s’en prend ainsi à l’Union européenne, l’accusant, en termes très diplomatiques et courtois, mais précis quand même d’avoir manqué à ses promesses. « L’Union européenne n’a toujours pas déployé les 1 000 effectifs promis (EUFOR RCA) » explique-t-il. Et d’inviter « instamment » les États membres de l’Union européenne à « fournir le reste des troupes et des moyens logistiques nécessaires au déploiement de la force ».

Le soutien à la MISCA : beaucoup de promesses, peu de dons

Ce manque est d’autant plus crucial que sur d’autres fronts – comme le soutien à la MISCA – la situation n’est pas meilleure. « Les donateurs n’ont contribué qu’à hauteur d’une petite fraction des annonces qu’ils ont faites ces derniers mois pour faire face aux besoins humanitaires, organiser les élections et appuyer la MISCA » explique l’ONU. « Pour aborder la crise dans tous ses aspects – sécurité, politique, droits de l’homme et humanitaire –, des financements seront indispensables. »

Commentaire : pour l’Union européenne qui a toujours fait des Nations-Unies la pierre angulaire de son engagement dans les missions de paix dans le monde, c’est une singulière gifle que de se faire ainsi rappeler à l’ordre par le secrétaire général des NU, là où c’est d’ordinaire l’UE qui entend – par l’intermédiaire des Nations-Unies – rappeler les uns et les autres à leur engagement. D’autant que l’effectif promis (1000 hommes) semble tout de même à portée de main des armées européennes qui totalisent 1,4 millions d’hommes et de femmes sous les armes ! Tous les regards vont se tourner aujourd’hui vers quelques pays, notamment la Belgique (lire : EUFOR Rca : un vendredi décisif ?). Encore une fois !

Lire aussi :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Commentaires fermés.