Avions US en renfort dans les pays baltes et en Pologne

F 15 à son arrivée à la base aérienne de Siauliai (crédit : ministère lituanien de la Défense)
F 15 à son arrivée à la base aérienne de Siauliai (crédit : ministère lituanien de la Défense)

(BRUXELLES2) A la demande des pays baltes et de la Pologne, l’US Air Force a commencé à déployer dans la zone des avions de chasse. Une décision prise par Chuck Hagel, le secrétaire d’Etat à la Défense, mercredi.

12 avions F-16 en Pologne arrivent la semaine prochaine

12 avions F-16 doivent ainsi arriver en Pologne la semaine prochaine a annoncé ce matin le ministre polonais de la Défense, Tomasz Siemoniak, invité dans l’émission politique de la radio polonaise, ce matin. « A notre demande, les Américains ont accéléré » le déploiement de ces avions qui « devaient participer à un exercice et l’ont considérablement augmenté ». Les détails ne sont pas encore connus, mais « nous y travaillons » a ajouté le ministre. L’ambassadeur américain en Pologne Stephen Mull a confirmé, sur Radio 3, que ces avions seront présents « aussi longtemps que nécessaires ».

Six avions F-15 viennent d’arriver dans les pays baltes…

Six avions US F-15 C Eagle venant de la base de Lakenheath (Royaume-Uni) avaient déjà atterri sur la base aérienne de Šiauliai (Lituanie), hier, jeudi (6 mars), ainsi que l’ont annoncé les ministres estonien et lituanien de la Défense. Des avions, accompagnés de deux avions KC-135 (*), qui ont acheminé le personnel. Ils viennent ainsi renforcer les 4 avions déjà présents sur place (qui proviennent de la même base de Lakenheath) et assurent la police de l’air du ciel balte. Une mission classique, assurée à tour de rôle par les pays de l’OTAN tous les 3 ou 4 mois. Les Belges étaient ainsi de permanence auparavant et les Français à l’été 2013. Les F-15 participeront à l’exercice régional de l’OTAN « BRTE » (Baltic Regional Training Event qui se déroulera début avril associant tous les pays de la région, y compris la Suède et la Finlande (qui ne sont pas membres de l’OTAN).

Lire aussi :

Une présence liée à la crise ukrano-russe

En soi, cette présence aérienne américaine n’est donc pas une totale nouveauté (outre la mission de surveillance aérienne dans les pays baltes, les Etats-Unis ont un accord avec la Pologne). Mais c’est surtout la situation dans la région, avec les propos belliqueux des Russes sur l’Ukraine comme les manoeuvres militaires dans la région (Kaliningrad notamment), qui provoquent cette réaction. Ce qu’a confirmé le ministère lituanien de la Défense. C’est une « réponse aux développement dans la région et une démonstration de l’engagement à long-terme des Américains pour l’OTAN et la sécurité européenne« .

Commentaire. En clair, ce déploiement de 18 avions au total rassure les pays de l’Est, particulièrement inquiets, que le « pivot » américain vers l’Asie ne signifie un complet désengagement d’Europe. Cette présence est la marque que Washington ne se désintéresse pas (totalement) du continent européen. On peut remarquer aussi que les Européens en soi sont absents de cette manoeuvre, non seulement les pays ouverts au dialogue (Français, Italiens, Allemands…) mais aussi les Suédois ou Britanniques, pourtant adeptes d’une position vis-à-vis de Moscou. On peut noter aussi que cette manoeuvre ne participe pas vraiment à une « désescalade » de la tension dans la région – comme souhaité par les Européens – mais plutôt à un message de « fermeté » par rapport au pouvoir russe. Un point que l’on ne souhaite pas vraiment « commenter » au Service diplomatique européen. « Notre message est celui fixé par le Conseil européen hier » a ainsi précisé la porte-parole de Catherine Ashton à une question de B2.

(*) NB : Il faudra vérifier si ces avions KC135 – qui sont surtout des ravitailleurs – resteront sur place. Ce qui permettrait de doter les F-15 d’une capacité de durée en vol ou d’une élongation (distance d’action), supérieure…

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).