Un chasseur alpin, franco-allemand, prend le commandement d’EUTM Mali

Un chasseur alpin, franco-allemand, prend le commandement d’EUTM Mali

Share

(crédit : BFA)

(BRUXELLES2) Même s’il prendra officiellement ses fonctions le 1er avril, ce n’est pas un poisson. Ainsi que nos lecteurs du Club le savent déjà, le général Marc Rudkiewicz prendra bien ses fonctions comme commandant de la mission militaire de formation de l’armée malienne (EUTM Mali) au début du mois prochain. Il succède ainsi au général Guibert et symbolise également la prise de fonction par la brigade franco-allemande (BFA) de cette mission. Le général Marc Rudkiewicz est, en effet, aussi le commandant de la BFA.

Un chasseur alpin au Mali !

Le général est d’abord un fantassin et un chasseur alpin. Il fait ses classes à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr, promotion «Maréchal Davoult» (1977) et de l’école de l‘infanterie de Montpellier (1979) — dont il viendra en prendre la direction vingt ans plus tard (2000). Ensuite, il est affecté au 27e bataillon de chasseurs alpins (27e BCA) d’Annecy comme chef de section (1980) ; puis au 13e régiment de dragons parachutistes de Dieuze, comme chef de groupe de peloton et officier montagne (1983) ; adjoint au chef de compagnie puis chef de compagnie au 13e bataillon de chasseurs alpins (13e BCA) de Chambéry – Barby (1986/1987) ; chef du bureau opérations et instruction au 7e bataillon de chasseurs alpins (7e BCA) de Bourg-Saint-Maurice (1994).

Opérations : Tchad, Liban, Bosnie, Afghanistan

En opérations, Marc Rudkiewicz a été au Tchad dans l’opération Manta, et déployé en Nouvelle-Calédonie en renfort du RIMAP-NC, et commandant de la compagnie de combat blindée du 420e détachement de soutien logistique (DSL) de la FINUL stationné dans le Sud Liban (près de Naqoura). Il est «chef opérations» du BATINF 5 – commandé par le Col Delawarde – de la force de l’ONU (UNPROFOR) déployée en Bosnie à un moment qui n’était pas vraiment le plus calme (1994-1995), quand Sarajevo était plus connu pour sa « sniper allee » et la rudesse de son climat que par le charme de cette ville cosmopolite. Il a, enfin, été responsable du bureau planif’ (planification) de l’état-major de la Force de l’OTAN (ISAF / FIAS) à Kaboul.

Et un franco-allemand

Tournant dans sa carrière, à l’orée des années 1990, il passe à l’Est… au bureau instruction de l’état-major du 1er Corps d’Armée de Metz (1989) et s’oriente délibérément vers le franco-allemand. Il effectue ainsi une double formation comme officier d’Etat-Major, d’abord en Allemagne, à l’académie des officiers supérieurs (Führungsakademie) de Hambourg (1991) puis en France, au Collège interarmées de défense (1993). Il commande le 110e Régiment d’Infanterie (110e RI) de Donaueschingen (1998), qui fait partie de la brigade franco-allemande et est basée à Donaueschingen, tout comme son alter ego allemand, le Jägerbataillon 292, Il est également adjoint au général commandant de la Brigade de Renseignement (BRENS) basée à Metz et Haguenau (2010). NB : cette unité ne fait pas partie de la BFA mais est la seule unité de l’armée de terre à vocation de renseignement (y compris le renseignement électronique).

Marc Rudkiewicz a occupé également plusieurs postes d’Etat-major : au bureau des relations internationales de l’état-major de l’armée de terre (EMAT) en 1996, comme chef du bureau planification (G5) à l’Eurocorps de Strasbourg (2003), comme officier de liaison français auprès de l’US Command pour l’Europe et de l’US Africa Command de Stuttgart (2006) et dernièrement comme responsable des relations internationales, du soutien aux exportations, de l’outre-mer et de l’étranger à l’état-major de l’armée de terre (2012).

Télécharger la Bio (BFA)