Quand Victoria « fuck » l’Europe. Ou l’Amitié vache (MAJ)

(BRUXELLES2) Plusieurs conversations entre diplomates américains d’un côté, diplomates européens de l’autre, ont filtré, sur Youtube, comme en informe le Kiev Post.

On entend distinctement, sur l’une d’elle, Victoria Nuland, responsable au Secrétariat d’Etat US de l’Europe et l’Eurasie, en conversation avec son homologue à Kiev, regretter l’indécision européenne et préconisant de « coller » le représentant spécial de l’ONU, Robert Serry, dans les pattes. Et d’ajouter : « And you know, fuck the EU. » (à la troisième minute) C’est concis mais çà a le mérite d’être clair.

Des excuses américaines

Un mot que ne dément pas le Secrétariat d’Etat. Selon le porte-parole, Jen Psaki, L’ambassadrice Nuland s’est excusée auprès de ses partenaires européens de ce mot « obviously, we work incredibly closely with the EU and with representatives of the EU, and Assistant Secretary Nuland certainly does as it relates to Ukraine. And she’s been in close contact with EU High Representative Ashton. Let me convey that she (V. Nuland) has been in contact with her EU counterparts, and of course, has apologized ».

Sur l’autre, on entend la directrice politique du Service diplomatique européen (SEAE), Helga Schmid, qui reconnait une légère différence d’approche avec les Etats-Unis dans une discussion (en allemand) qu’elle a avec l’ambassadeur de l’UE en Ukraine, Jam Tombinski, estimant que l’UE n’est pas vue assez comme « défendant la liberté » alors que les Etats-Unis défendent des sanctions. Ce n’est pas « bon pour l’histoire ».

Commentaire : apparemment il n ‘y a pas que les Américains à avoir une NSA 🙂 Et la révélation de ces conversations, disponibles publiquement sur YouTube peut aussi être interprété comme un signal des services ukrainiens voire des Russes que tout est « connu », que les conversations sont bien « sous contrôle ». Un avertissement en quelque sorte, gentil, que d’autres conversations, plus sensibles, peut-être pourraient « sortir ». Ils vont obliger les diplomates européens et américains à encore plus de prudence dans leurs conversations et enfonce un coin dans l’entente US-USA sur ce dossier.

Question fondamentale : comment traduire « fuck the UE ». « Que l’UE aille se faire foutre » (tel que traduit par les principales dépêches ou des terminologies plus brutales, du type « J’enc… l’UE« , les avis peuvent être divergents. Personnellement le « J’emmerde l’UE« , me semble la transcription plus adaptée (vu l’usage assez courant du « fuck » dans l’américain courant)… A vos avis !

Comments are closed.