Sondage : Qui sera le prochain Haut représentant. Votez !

(crédit : Conseil de l'UE)
(crédit : Conseil de l’UE)

(BRUXELLES2) Qui occupera le 1er novembre prochain, les fonctions de Haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité ? Depuis la nouvelle année, cette question qui était souvent l’objet de conversations dans les couloirs européens est publiquement posée.

Nous sommes, en effet, à quelques mois des décisions majeures pour la prochaine législature européenne, qui culmineront avec les élections européennes fin mai, le sommet européen en juin et la prise de fonction du nouveau Parlement en juillet. Et le poste qu’occupe actuellement Lady Ashton est un des postes qui attirent le regard.

Depuis l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne et la mise en place du Service diplomatique européen, ses pouvoirs ont singulièrement été renforcés. Et si ce n’est pas le premier poste (de président de la Commission ou du Conseil européen), ses triples fonctions (vice-président de la Commission européenne, Haut représentant, président du Conseil des ministres des Affaires étrangères) en font un acteur principal du jeu européen. Les personnalités successives de Javier Solana et Catherine Ashton, chacune à leur façon, ont aussi contribué à donner à cette fonction un rôle d’homme/femme de l’ombre, indispensables dans le jeu politique européen comme dans certaines négociations mondiales, où l’Europe peut jouer un rôle.

Beaucoup de candidats, 1 seul(e) élu(e)

Nombreux sont donc ceux qui veulent le poste et ont commencé à poser des jalons pour cette candidature, comme nous l’avons déjà détaillé, à plusieurs reprises, sur Le Club (lire notamment : Elections 2014. Tous candidats au poste de Haut représentant ?). Mais il n’y aura à l’arrivée qu’un seul élu. Et les paramètres de la nomination du Haut représentant sont très subtils, comprenant des données obligatoires, contenues dans les Traités, et des critères non écrits, voire non dits, mais bien réels (lire : Un nouvel Haut représentant, les paramètres de la nomination). Il y a des chances ainsi que la personne nommée finalement soit dans cette première liste… ou non ! Le mystère européen est encore total.

Quelques explications

Voilà donc une première « short list ». Le nom de Radek Sikorski, qui postule également pour l’OTAN (sans vraiment de chance pour l’instant), est le préféré (actuel) des « experts » européens. Mais il est parti très vite et très tôt. Plusieurs autres « candidats », plus ou moins déclarés, sont également mentionnés. Enfin, nous avons inscrit certains « non candidats » comme Martin Schulz – qui est le candidat des socialistes européens au poste président de la Commission européenne mais pourrait bien arriver au final à ce poste. Ce qui ne serait pas un déshonneur et viendrait illustrer le propos sibyllin de François Hollande sur un couple franco-allemand sur la défense. Nous avons aussi mentionné aussi l’actuelle commissaire à l’Aide Humanitaire, Kristalina Georgieva, qui est une parfaite outsider (plurilingue, femme, non affiliée à un parti politique, expert des relations internationales et qui a fait un bon parcours – de l’avis de tous – à son poste). En revanche, nous n’avons pas inclus volontairement dans cette liste le Danois Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l’OTAN, cependant souvent cité pour occuper ce poste. Car il y a un véritable problème institutionnel. Le Danemark a, en effet, un « optout » sur les questions militaires de la PSDC comme de l’Agence européenne de défense. On verrait ainsi un Danois présider une agence dont son pays n’est pas membre. Et, pour l’instant, aucun signe ne vient de Copenhague indiquant leur volonté de tenter un référendum sur cette question. (Si vous avez un candidat à nous soumettre, n’hésitez pas à nous faire part dans la case « commentaires »).

NB : vous pouvez indiquer votre préférence pour 1 ou 2 personnes (2 choix sont possibles). Afin d’éviter tout favoritisme, les noms sont classés par ordre alphabétique de nom. Sont indiqués l’affiliation politique, la nationalité et la fonction actuelle.

A vos votes !

[poll id= »3″]

Lire aussi (sur le Club) : section Elections 2014

NB : nous avions publié un premier sondage Qui pourrait être le prochain président de la Commission européenne ?  D’autres suivront…

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Une pensée sur “Sondage : Qui sera le prochain Haut représentant. Votez !

  • 17 janvier 2014 à 17:10
    Permalink

    J’y ajouterais Alexander Stubb, le Ministre (conservateur modéré) des Affaires européennes et du commerce de Finlande. Il a été précédemment chef de la diplomatie de son pays. Il vient de se déclarer pour les européennes.
    Et pourquoi pas non plus un Français? Le nom de Juppé a parfois été évoqué.

Commentaires fermés.