L’Estonie confirme une participation notable à EUFOR Rca Bangui (MAJ)

(crédit : Ministère estonien de la Défense)
(crédit : Ministère estonien de la Défense)

(BRUXELLES2) Le Premier ministre estonien, Andrus Ansip, a confirmé officiellement aujourd’hui dans une conférence de presse organisée à Tallin, la participation de l’armée estonienne à la future opération militaire en République centrafricaine (EUFOR Rca Bangui), ainsi que B2 l’avait annoncé hier soir sur le Club et ce matin sur B2. Une résolution va être préparée pour être soumise au Parlement (le Riigikogu) pour autoriser cette participation.

55 personnels pour 4 mois

La contribution estonienne sera de 55 hommes et femmes – soit un peloton d’infanterie de 35 personnes avec des véhicules blindés et une unité de soutien logistique. Cet engagement sera valable pour une durée de 4 mois (pour la première rotation), une durée fixe qui pourrait être la seule, selon le ministère estonien de la Défense. Ce type de fore participe essentiellement à des tâches de « force protection » (protection de force), comme garder une base, patrouiller le long de routes ou lignes de communication ou servir de force de réaction rapide le cas échéant.

Une contribution notable

Cette contribution pourra sembler « modeste » aux yeux de certains. Elle représente cependant une contribution notable à l’opération (environ 10% de l’effectif) et un effectif conséquent pour l’armée estonienne. C’est aussi la première confirmation officielle d’un Etat membre à l’opération. Elle oblige ainsi les autres pays qui peuvent hésiter à se prononcer plus rapidement. Et il sera difficile à certains pays qui prétendent jouer un rôle dans l’Europe de la défense de fournir moins que l’Estonie. Ce qui permet d’espérer rapidement d’obtenir l’effectif nécessaire pour le lancement de l’opération. Vous pouvez en attendant apprendre à dire « Centrafrique » en estonien : Kesk-Aafrika.

Une mission justifiée

La mission en République centrafricaine est justifiée – a expliqué le Premier ministre – lors de sa conférence de presse, « par la situation dans le pays ». « Il y a des situations où l’aide humanitaire seule ne suffit pas. Vous devez d’abord fournir une assistance en matière de sécurité » rapporte le site Delfi. Le pire a pu être évité jusqu’à maintenant  grâce à « l’intervention française qui a permis d’éviter le génocide ». Répondant à des questions de journalistes, notamment du quotidien Postimees, sur le sens de cette intervention si loin de l’Estonie, le Premier ministre a estimé que « Si nous sommes en mesure d’aider les autres, alors il est de notre devoir moral de le faire » !

Lire : La mission EUFOR RCA restera centrée sur Bangui. La France Nation-Cadre

(Mis à jour 17.01 au matin avec des éléments supplémentaires sur la force estonienne et leur rôle sur place)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).