Le COS alias Centrum Operacji Specjalnych est né

(crédit : Ministère polonais de la Défense, archives Wojsk Specjalnych / forces spéciales)
(crédit : Ministère polonais de la Défense, archives Wojsk Specjalnych / forces spéciales)

(BRUXELLES2) Non, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian n’a pas décidé de délocaliser le COS, (le commandement des opérations spéciales) en Pologne. Simplement, cette abréviation bien connue des Français pour être le commandement des opérations spéciales, en gros les James Bond tricolores, a été adoptée à Varsovie. Le ministère polonais de la Défense vient de l’annoncer.

Dans le cadre de la réforme des différentes structures de l’armée polonaise, un COS va être créé. Mêmes initiales, même intitulé. Et inutile d’être un fin linguiste des Langues orientales pour comprendre à quoi sert le Centrum Operacji Specjalnych ! Ce COS commencera à fonctionner dès le le 10 Janvier sur la base du commandement provisoire des forces spéciales. Il sera d’ailleurs basé à Cracovie. Ce qui « permettra de bénéficier des installations des connaissances et compétences du personnel qui servait dans le commandement des forces spéciales » précise-t-on au Ministère polonais de la défense. Et il sera placé sous le commandement du général Jerzy Gut (qui a déjà dirigé les GROM). Un des anciens responsables du GROM, le général Piotr Patalong, restera en tant que chef de l’Inspection des forces spéciales.

La french touch n’est pas tout à fait absente de ce COS. Les deux pays ont, en effet, convenu – dans la foulée de l’exercice Steadfast Jazz (lire : La NRF fait son jazz) certains aspects de leur coopération notamment en matière d’entrainement et formation des forces spéciales (avec des exercices communs ou des échanges sur l’emploi d’hélico dans le Search and Rescue, la recherche et sauvetage).

Ces forces spéciales sont une des fiertés de l’armée polonaise : en 2003, lors de l’opération américano-britannique en Irak, les Polonais étaient parmi les premiers (avec les deux autres pays cités et les Australiens) à pénétrer en Irak (lors de l’opération Iraqi Freedom). Les Grom (commandos des forces spéciales) avaient notamment sécurisé certains ports et servi d’éléments précurseurs avant l’entrée proprement dite des troupes.

Article à suivre sur le Club : les différents vecteurs de la coopération franco-polonaise

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).